Viola Desmond a maintenant son étoile au port de Halifax

HALIFAX — Cinquante-trois ans après sa mort, la militante canadienne pour les droits des Noirs Viola Desmond a maintenant son étoile non seulement sur l’Allée des célébrités canadiennes à Toronto mais aussi à Halifax, sa ville d’origine.

Mme Desmond est surtout connue pour avoir refusé de quitter le parterre réservé aux Blancs d’un cinéma de la Nouvelle-Écosse, le 8 novembre 1946. C’était près d’une décennie avant que Rosa Parks ne refuse de s’asseoir dans la section réservée aux Noirs d’un autobus de l’Alabama, dans le sud des États-Unis.

Viola Desmond avait été traînée hors du théâtre par la police, arrêtée, jetée en prison pendant 12 heures puis condamnée à une amende. Il aura fallu attendre 63 ans avant que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse n’offre ses excuses solennelles et le pardon posthume à Mme Desmond, morte en 1965 à New York.

On a dévoilé vendredi au terminal des traversiers de Halifax une étoile commémorative qui sera bientôt montée à bord du traversier qui porte son nom depuis 2016. Présente à la cérémonie, la soeur de Mme Desmond, Wanda Robson, âgée de 91 ans, a raconté que Viola «prêchait par l’exemple» et voulait que les jeunes poursuivent leurs rêves indépendamment de ce qui se dressait devant eux.

Elle a rappelé que sa soeur s’était battue pour surmonter les nombreux obstacles qui l’empêchaient de poursuivre sa carrière: Viola Desmond a suivi une formation d’esthéticienne à Montréal, Atlantic City et New York parce qu’elle ne pouvait pas étudier à Halifax en raison de la couleur de sa peau.

«Rien n’aurait pu l’arrêter, a déclaré Mme Robson vendredi. Ça a dû être très frustrant: moi, j’aurais probablement abandonné (…) mais nous sommes d’une nature différente, Viola et moi.»

Bien que beaucoup de choses aient changé depuis ce temps, Mme Robson a déclaré à La Presse canadienne que l’éducation continue d’être la clé pour parvenir à l’égalité. «Le racisme est parfois si profondément ancré que la personne elle-même ne sait pas qu’elle est raciste, ne réalise pas qu’elle doit être éduquée.»

Le président de l’Allée des célébrités canadiennes, Jeffrey Latimer, a déclaré à la foule réunie à Halifax que chaque intronisé représentait les caractéristiques de l’identité canadienne: la confiance, l’humilité, la persévérance, l’espoir et le courage.

L’Allée des célébrités canadiennes a intronisé 173 Canadiens depuis sa création, il y a 20 ans; Mme Desmond avait été intronisée à Toronto l’an dernier.

«Dans des années, lorsque des petites familles arriveront sur ce traversier, les parents pourront parler à leurs enfants des contributions fortes et courageuses de Viola Desmond: des contributions aux droits civiques, et aux droits de la personne, partout dans le monde», a déclaré le maire de Halifax, Mike Savage.

L’histoire de Mme Desmond est restée méconnue pendant un demi-siècle, mais depuis quelques années, sa mémoire est soulignée de diverses façons. La poste a émis un timbre à son effigie, et l’on prévoit un parc en son nom à Toronto et une rue à Montréal et à Halifax. En mars dernier, un nouveau billet de 10 $ mettant en vedette Viola Desmond a été dévoilé: elle est ainsi devenue la première personne noire — et la première femme, hormis la reine — à apparaître sur un billet de banque canadien en circulation.

Les plus populaires