Violences armées: le ministre Marco Mendicino dit vouloir agir pour les Montréalais

OTTAWA — «Les gens à Montréal méritent de se sentir en sécurité dans leur communauté», a lancé jeudi le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, alors que la métropole est frappée par une vague de violences commises par armes à feu.

Durant un point de presse à Miramichi, au Nouveau-Brunswick, il a promis de continuer son «étroite collaboration» avec son homologue québécoise, Geneviève Guilbault, et avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, pour s’attaquer à cet enjeu.

«Nous sommes de tout cœur avec les Montréalais et les Montréalaises. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui se sentent inquiets en ce moment», a-t-il dit d’emblée en prenant la parole.

Deux meurtres sont survenus à Montréal en plein jour, mardi, à 30 minutes d’intervalle. Un homme de 44 ans a été abattu dans le stationnement du centre commercial Rockland à Ville Mont-Royal. Un deuxième homme, âgé de 50 ans, a succombé à ses blessures après avoir été atteint d’au moins un projectile d’arme à feu sur Saint-Denis, près de l’angle du boulevard Maisonneuve.

Le ministre Mendicino a vanté jeudiles initiatives mises de l’avant par le gouvernement Trudeau, comme le projet de loi C-21 qui prévoit un gel national sur la vente, l’achat, le transfert et l’importation d’armes de poing.

Ottawa a devancé l’entrée en vigueur de l’interdiction d’importation, laquelle a pris effet la semaine dernière.

«Ça (prend) des politiques intelligentes comme le projet de loi C-21 et comme augmenter les peines pour les trafiquants d’armes à feu et d’autres criminels», a soutenu l’élu fédéral.

La pièce législative, qui a été présentée à la fin mai, est toujours à l’étude à la Chambre des communes, qui a ajourné ses travaux pour une pause estivale.

Le ministre a dit qu’il souhaitait que l’adoption du projet de loi survienne rapidement, mentionnant que les armes de poing sont souvent utilisées dans des homicides.

Il était de passage à Miramichi pour annoncer l’octroi de près d’un million $ à la Ville afin qu’elle distribue des subventions à des organismes locaux qui œuvrent en prévention de la violence armée.

M. Mendicino a aussi rappelé qu’Ottawa a versé plus de 40 millions $ au gouvernement du Québec pour la prévention des violences par armes à feu.

«L’argent, seul, ne peut pas régler le problème. Il faut aussi avancer avec des bonnes lois», a ajouté le ministre.

Il a mentionné que des organismes tels que PolySeSouvient ont salué le projet de loi C-21 au moment de son dépôt.

Le ministre a aussi relevé que le gouvernement Trudeau a banni plus de 1500 modèles et variantes d’armes à feu de type d’assaut, comme le AR-15. Un programme de rachat obligatoire doit être lancé d’ici la fin de l’année.

Le mois dernier, Sécurité publique Canada a publié une liste de prix détaillant le montant que les propriétaires d’armes à feu prohibées peuvent s’attendre à obtenir dans le cadre du programme.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.