Violente répression de manifestations: Ottawa sanctionne l’Iran

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé lundi que le Canada sanctionnera des dizaines d’individus et d’organisations, y compris la police des mœurs iranienne, dans la foulée de violentes répressions de manifestations par Téhéran.

«Aux femmes qui manifestent et à ceux et celles qui les soutiennent: on est là pour vous et avec vous», a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse à Ottawa.

L’Iran fait preuve de «mépris» pour les droits de la personne depuis belle lurette, s’est-il désolé, expliquant que la mort de Mahsa Amini, une jeune femme détenue par la police des mœurs du pays pour avoir prétendument violé son code vestimentaire, et la répression des manifestations qui en ont découlé n’en sont que la plus récente démonstration.

«Nous joignons nos voix, les voix de tous les Canadiens, aux millions de personnes dans le monde exigeant que le gouvernement iranien écoute son peuple, mette fin à la répression des droits et libertés, et laisse les femmes et tous les Iraniens vivre leur vie et s’exprimer pacifiquement», a insisté le premier ministre.

Appelé à dire si Ottawa envisage de désigner le Corps des gardiens de la révolution islamique comme une organisation terroriste – ce que réclame le Parti conservateur -, M. Trudeau a indiqué que le gouvernement étudie «toujours» ce qu’il «peut faire de plus».

«Le Canada a déjà un des régimes de sanctions les plus forts de tous les pays au monde et on va toujours être là pour en faire plus», a-t-il dit, notant qu’Ottawa désigne déjà la force al-Qods, une unité du Corps des gardiens de la révolution islamique, comme une entité terroriste.

Joly à l’ONU

Dans un discours prononcé quelques minutes plus tard devant l’Assemblée générale des Nations unies, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a exhorté les pays à respecter les droits des femmes et l’accès à l’avortement tout en éradiquant la violence sexuelle.

Mme Joly a résumé les priorités et les préoccupations du Canada en matière de relations étrangères. Cela inclut de faire partie d’une «coalition mondiale en appui à l’égalité» qui repoussera «les attaques croissantes contre les droits et libertés des femmes».

Bien que la ministre Joly n’ait pas mentionné les États-Unis dans cette section de son discours, ses commentaires interviennent après des mois houleux à la suite de la décision de la Cour suprême des États-Unis autorisant les États à interdire les avortements.

«Nous défendrons vos droits et votre dignité. Aucun gouvernement, aucun politicien, aucun juge – personne ne peut vous enlever cela», a déclaré Mme Joly, provoquant des applaudissements.

Les manifestations dans la foulée de la mort de Mahsa Amini se sont propagées dans au moins 46 villes et villages. La télévision d’État iranienne a suggéré qu’au moins 41 manifestants et policiers ont été tués depuis le début des heurts le 17 septembre. Un décompte effectué par l’Associated Press des déclarations officielles des autorités recense au moins 13 morts et plus de 1200 manifestants arrêtés.

La Chambre des communes a adopté à l’unanimité la semaine dernière une motion du Bloc québécois offrant ses condoléances aux proches de la jeune femme décédée et «sa solidarité aux femmes d’Iran qui luttent pour leurs droits et libertés».

– Avec des informations de Dylan Robertson et de l’Associated Press

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.