Voici ce que nous savons à propos du vaccin de Pfizer, approuvé par Santé Canada

TORONTO — Santé Canada a approuvé mercredi le vaccin de Pfizer et BioNTech contre la COVID-19, ouvrant la voie à une vaste campagne de vaccination qui devrait démarrer la semaine prochaine.  

Le Canada doit recevoir 249 000 doses du vaccin du géant pharmaceutique américain et de son partenaire allemand d’ici la fin du mois, et quatre millions de doses d’ici mars — suffisamment pour vacciner deux millions de personnes.

Voici ce que nous savons du produit de Pfizer et comment il se compare à deux autres principaux candidats vaccins:   

Comment fonctionne le vaccin?

Pfizer a mis au point son vaccin avec une nouvelle technique d’utilisation de l’ARN messager (ARNm), qui enseigne essentiellement à nos cellules comment fabriquer la protéine de pointe du coronavirus et à déclencher une réponse immunitaire si nous devenons éventuellement infectés par le virus.   

Le vaccin de Pfizer utilise un ARNm produit synthétiquement qui est emballé dans une capsule de lipide. Lorsqu’il est injecté dans le muscle du bras, le lipide s’accroche aux cellules et y décharge l’ARNm. Il fabrique ensuite une protéine qui déclenchera une réponse immunitaire.   

Un autre candidat vaccin de premier plan, celui de Moderna, utilise également l’ARNm. Celui d’AstraZeneca utilise pour sa part un vecteur viral non réplicatif — un virus qui a été dépouillé de son matériel génétique et remplacé par le gène de la protéine de pointe du coronavirus. Ce vecteur viral produit une molécule d’ARNm, et à partir de là, la protéine et les anticorps.   

Est-il efficace?

Le vaccin de Pfizer est efficace à 95 % pour prévenir l’infection par le SRAS-CoV-2 à partir d’une semaine après la deuxième dose, et Santé Canada précise sur son site web que les personnes peuvent ne pas être protégées contre la COVID-19 avant au moins sept jours après la deuxième dose.   

Le taux d’efficacité s’appuie sur des études portant sur environ 44 000 participants.   

AstraZeneca affirme que son vaccin était jusqu’à 90 % efficace lorsqu’une demi-dose était suivie d’une dose complète un mois plus tard. Une autre méthode, où deux doses complètes étaient distribuées à un mois d’intervalle, s’est révélée efficace à 62 %.   

Les données préliminaires de Moderna ont montré une efficacité de 94,5 %.   

On ignore toutefois la durée de l’immunité avec ces deux candidats vaccins.   

Quels sont les effets secondaires?  

Santé Canada affirme que les effets secondaires lors des essais cliniques de Pfizer se sont avérés «légers ou modérés» et comprenaient notamment de la douleur au point d’injection, des frissons, de la fatigue et de la fièvre.   

L’agence affirme que ce sont des effets secondaires habituels associés aux vaccins, sans risque pour la santé.   

«Comme c’est le cas pour tous les vaccins, les effets secondaires sérieux sont possibles, mais rares», peut-on lire sur le site de Santé Canada. «Un effet secondaire sérieux pourrait être par exemple une réaction allergique.»

Moderna et AstraZeneca ont observé des effets secondaires similaires lors de leurs essais cliniques.   

Au Royaume-Uni, l’agence de réglementation des médicaments et des produits de santé, quant à elle, a averti mercredi que les personnes ayant des antécédents de réactions allergiques graves ne devraient pas recevoir le vaccin de Pfizer. 

Le Royaume-Uni a commencé son programme de vaccination contre la COVID-19 mardi et des enquêteurs cherchent à savoir si les réactions de deux personnes qui ont eu des effets secondaires étaient liées au vaccin.   

Quels sont les obstacles à la distribution? 

Le vaccin de Pfizer, celui de Moderna et celui d’AstraZeneca nécessitent deux doses injectées à environ trois semaines d’intervalle.   

Le suivi deviendra particulièrement important avec un vaccin à deux doses, car il faudra s’assurer que les gens retournent chez leur médecin ou leur pharmacien pour recevoir leur deuxième dose. Il faudra également qu’ils reçoivent le bon vaccin si plus d’une option est disponible.   

Le stockage pourrait également s’avérer problématique avec le produit Pfizer, qui nécessite des congélateurs à ultra-basse température capables de le maintenir à -70°C jusqu’à un bref moment avant son injection. 

Le vaccin de Moderna doit être entreposé à une température d’environ -20 °C — à peu près la même qu’un congélateur ordinaire.   

Les vaccins de Pfizer et Moderna doivent être maintenus à des températures plus froides en raison de l’instabilité de l’ARNm. Le vaccin d’AstraZeneca, quant à lui, peut être conservé au réfrigérateur.

Laisser un commentaire