Voici ce que vous devez savoir du budget 2020

QUÉBEC — Voici les points saillants du budget présenté mardi par le ministre des Finances du Québec, Eric Girard :

L’année financière 2019-2020 se soldera par un surplus de 1,9 milliard $, après la déduction d’une charge de 600 millions $ liée à la perte de valeur de l’investissement du gouvernement dans l’ancienne C Series. Pour l’année financière 2020-2021, le gouvernement prévoit maintenir l’équilibre budgétaire.

Le budget repose sur une hypothèse de croissance économique de 2 % en 2020, ce qui peut sembler optimiste à la lumière des récentes turbulences causées par le nouveau coronavirus.

Les dépenses en santé et services sociaux vont croître de 5,3 pour cent et totaliseront 47,8 milliards $ en 2020-2021, ce qui représente 43 pour cent de toutes les dépenses liées à la prestation de services publics.

Les dépenses en éducation et enseignement supérieur vont augmenter de 4,5 pour cent, pour atteindre 25,7 milliards $.

Les dépenses totales du gouvernement en 2020-2021 atteindront 118,6 milliards $, en hausse de 5,1 pour cent, dont 8,3 milliards $ pour le service de la dette.

Les revenus s’établiront à 121,3 milliards $, en hausse de 2,8 pour cent, dont 35,4 milliards $ provenant de l’impôt des particuliers (hausse de 5,8 pour cent), 8,5 milliards $ en impôts des sociétés (baisse de 2,1 pour cent) et près de 23 milliards $ en taxes à la consommation (hausse de 3,8 pour cent). Les transferts fédéraux atteindront 25,7 milliards $, en hausse de 2,4 pour cent.

Des investissements de 15,8 milliards $ sur une période de 10 ans sont prévus pour des projets de transport collectif, notamment à Québec, Gatineau, Montréal, Laval, Longueuil et en Montérégie.

Le gouvernement compte investir 450 millions $ d’ici 2025 pour l’embauche d’intervenants supplémentaires dans les services de protection de la jeunesse.

181 millions $ seront consacrés au cours des cinq prochaines années à l’amélioration du soutien aux femmes victimes de violence conjugale.

L’objectif de faire passer le ratio de la dette brute par rapport au PIB sous la barre des 45 pour cent est atteint six ans plus tôt que prévu, celui-ci s’établissant maintenant à 43 pour cent. Il était de 48 pour cent en 2018. La dette brute totalise 197,7 milliards $.