Voici quelques citations de la journée de lundi dans la campagne électorale

Voici quelques citations de la journée de lundi dans la campagne électorale:

—–

«Si le fédéral veut se joindre à nous, bienvenue, mais moi, je ne l’attendrai pas.»

— Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, décochant une flèche à Ottawa, qui manque à ses responsabilités selon lui dans le domaine des télécommunications.

—–

«Elle a peut-être été plus difficile à lire, avec le dernier chef, mais le parti lui-même, les militants eux-mêmes, notre proximité envers ceux qui travaillent dur a toujours été là et peut-être que cela paraît plus maintenant.»

— Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, sur la préoccupation de son parti envers les conditions des travailleurs.

—-

«Vous savez, les gens qui vivent actuellement à 12 piastres de l’heure, ils ne vivent pas, ils survivent. Ils ne sont pas prêts à attendre quatre ans.»

— La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, sur la hausse du salaire minimum promise par son parti dès 2019.

—-

«Ça n’a rien à voir avec les sondages, parce que si c’était les sondages, j’aurais sauté il y a un mois et demi.»

— Le candidat Christian Dubé, sur son retour au sein de la CAQ

—-

«Il y a quelque chose d’un peu léger dans cet aller-retour.»

— Le chef du PQ, Jean-François Lisée, au sujet du retour de Christian Dubé à la CAQ.

—-

«Moi, j’ai agi pour préserver l’île d’Anticosti pour cette génération et les suivantes. Elle est maintenant sur la carte comme un projet de patrimoine mondial de l’UNESCO. M. Legault était ouvertement pour l’exploitation pétrolière sur l’île. Je trouve ça paradoxal et particulier qu’il fasse disparaître certains mots de son site web. Pourtant, les mots ont été prononcés.»

— Le chef libéral Philippe Couillard, affirmant que la CAQ ne parle jamais d’environnement.

Les plus populaires