Quel avenir pour les nombreuses contestations de Trump ?

Voici un aperçu des poursuites intentées dans six États par le clan républicain.

Alors que le président Donald Trump continue de propager des faussetés sur l’élection présidentielle, son équipe juridique n’a jusqu’à présent pas réussi à gagner du terrain devant les tribunaux sans preuve de fraude généralisée — ce qui, selon les experts, n’existe pas.

Malgré cela, M. Trump et ses alliés républicains vont de l’avant avec plusieurs démarches juridiques visant à bloquer ou retarder la certification des résultats des élections dans les principaux États clés remportés par le président désigné Joe Biden. Les républicains se plaignent, entre autres, que leurs observateurs n’aient pas été autorisés à examiner correctement le traitement des bulletins de vote.

Les experts estiment que le président Trump n’a presque aucune chance d’annuler l’élection. Mais ses affirmations répétées et sans fondement selon lesquelles la course a été truquée ébranlent la confiance du public dans le système électoral et inculquent aux partisans républicains l’idée que Joe Biden sera un président illégitime.

Voici le statut des contestations dans six États :

Arizona

La situation: Le Parti républicain de l’Arizona tente de bloquer la certification des résultats de l’élection dans le comté le plus peuplé de l’État, Maricopa, jusqu’à ce que le tribunal statue sur la poursuite du parti demandant un nouveau décompte manuel d’un échantillon de bulletins de vote. Un audit déjà réalisé par le comté n’a révélé aucune anomalie, ont déclaré des responsables.

Ce qui s’est passé: Un juge a rejeté jeudi la proposition des républicains de reporter la certification des résultats de l’élection, ainsi que la contestation judiciaire du parti qui demandait un nouvel audit d’un échantillon de bulletins. Le juge John Hanna n’a fourni aucune explication, sauf pour dire que la demande du Parti républicain pour modifier sa poursuite était futile. Le juge a promis une explication plus complète à l’avenir. Les responsables du comté de Maricopa devraient certifier les résultats des élections vendredi.

Dans un autre cas, la campagne Trump et le Comité national républicain avaient cherché à retarder la certification des résultats de l’élection dans le comté de Maricopa. Les républicains ont demandé l’inspection manuelle des bulletins de vote dans la grande région de Phoenix, alléguant que certains votes avaient été rejetés à tort. Un juge a rejeté l’affaire le 13 novembre après que les avocats de la campagne eurent reconnu que le petit nombre de bulletins de vote en question ne changerait pas le résultat du vote de l’Arizona pour la présidence.

Géorgie

La situation: Un avocat conservateur de haut niveau, L. Lin Wood Jr., a intenté une action en justice pour tenter de bloquer la certification des résultats en Géorgie. L’avocat allègue que la Géorgie a illégalement modifié le processus de traitement des bulletins de vote par correspondance. Le procès de M. Wood vise un règlement juridique signé plus tôt cette année qui répondait aux accusations selon lesquelles il y aurait absence de normes à l’échelle de l’État pour analyser les signatures sur les votes par correspondance. Le secrétaire d’État adjoint de la Géorgie a qualifié la poursuite de M. Wood de «revendication idiote et sans fondement».

Ce qui s’est passé: Un juge a rejeté jeudi la requête de M. Wood pour accorder une demande d’ordonnance d’interdiction temporaire pour suspendre la certification.

Michigan

La situation: La campagne Trump a intenté une poursuite pour bloquer la certification des résultats de l’élection dans l’État, avançant que les responsables électoraux «ont permis à la fraude et à l’incompétence de corrompre le déroulement des élections générales de 2020». L’équipe juridique de M. Trump plaide que ses observateurs n’ont pas été en mesure de surveiller correctement le dépouillement des votes, que des bulletins de vote inadmissibles ont été comptés et que les contestations républicaines relatives aux bulletins de vote ont été ignorées.

Une autre poursuite déposée cette semaine au nom de deux contestataires demande à un tribunal de suspendre la certification des résultats de l’élection jusqu’à ce qu’un audit indépendant soit terminé pour «garantir l’exactitude et l’intégrité de l’élection».

Ce qui s’est passé: La campagne Trump a abandonné l’affaire, jeudi, citant des déclarations de responsables républicains du comté de Wayne qui avaient initialement bloqué la certification des résultats des élections dans le plus grand comté du Michigan, avant de les approuver mardi. Les deux républicains disent maintenant qu’ils veulent à nouveau changer de position, mais les responsables ont statué qu’il n’y avait aucun moyen pour eux d’annuler leur vote.

Les avocats des deux contestataires républicains ont aussi soudainement retiré leur action en justice cette semaine sans explication.

Nevada

La situation: La campagne de Donald Trump demande à un juge d’annuler les résultats de l’élection au Nevada ou de les annuler et de le déclarer vainqueur, arguant que des votes illégaux ou inappropriés ont été exprimés et que l’utilisation de la numérisation optique pour traiter les signatures sur les bulletins de vote par correspondance a violé la loi de l’État. La poursuite de M. Trump, déposée mardi, reprend des arguments que les juges du Nevada et d’ailleurs ont déjà rejetés. Elle affirme que des votes ont été exprimés au nom de personnes décédées, que les observateurs électoraux n’ont pas été autorisés à assister aux «points clés» du traitement et que les habitants des territoires autochtones ont été illégalement incités à voter.

Dans une action en justice distincte déposée cette semaine, un groupe de surveillance du vote dirigé par un ancien élu conservateur de l’État veut qu’un juge bloque la certification de l’élection dans tout l’État.

Ce qui s’est passé: Il n’y a pas eu de jugement dans ces deux affaires.

Pennsylvanie

La situation: Une contestation de la campagne Trump vise à empêcher l’État de certifier l’élection, alléguant que Philadelphie et six comtés ont à tort permis aux électeurs de corriger des problèmes liés aux bulletins de vote par correspondance qui allaient autrement être disqualifiés pour un détail technique, comme l’absence d’enveloppe secrète ou d’une signature. Le nombre total de bulletins concernés ne devrait pas se rapprocher de la marge de Joe Biden de plus de 80 000 voix.

Ce qui s’est passé: L’avocat personnel de M. Trump, s’est emparé du dossier cette semaine après le retrait de plusieurs avocats, ce qui a amené l’ancien maire de New York à plaider en cour mardi pour la première fois depuis les années 1990. M. Giuliani a mis de l’avant des allégations étranges et non étayées selon lesquelles il y aurait une conspiration nationale des démocrates pour voler les élections. Le juge n’a pas immédiatement rendu de décision et a annulé une audience prévue jeudi, mais il a établi un calendrier pour que les deux parties fassent de nouveaux dépôts cette semaine.

Wisconsin

La situation: La campagne Trump a demandé mercredi un recomptage dans les comtés qui couvrent Milwaukee et Madison, deux bastions démocrates. Elle a allégué — encore une fois sans preuve — que les bulletins de vote par correspondance avaient été illégalement modifiés ou émis et que les représentants du gouvernement avaient violé la loi de l’État.

Ce qui est arrivé: Joe Biden mène Donald Trump par 20 000 voix dans tout l’État. Le recomptage demandé par l’équipe Trump commencera vendredi et doit être terminé avant le 1er décembre, date limite pour que le vote soit certifié dans l’État. Les responsables des élections nationales et locales ont réitéré qu’il n’y avait aucune preuve pour étayer les affirmations du président Trump.

Laisser un commentaire

Toutes ces démarrages républicaines nous font douter, que les républicains travaille pour le peuple.ils semble travailler pour leur poche. Si j’étais citoyen des États-Unis, je me poser0la question.
I

Répondre