Vol 752: la GRC collabore avec les autorités ukrainiennes, dit Champagne

OTTAWA — Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a déclaré que la GRC collaborait avec les autorités ukrainiennes dans le cadre d’une enquête criminelle sur l’écrasement du vol 752.

L’avion d’Ukraine International Airlines a été abattu par l’armée iranienne en janvier, tuant les 176 passagers et membres d’équipage à son bord, dont 55 Canadiens.

L’Iran a arrêté plusieurs personnes et a promis de les tenir responsables, mais l’Ukraine a néanmoins lancé sa propre enquête criminelle.

S’exprimant dans la ville ukrainienne de Lviv vendredi matin, dans le cadre d’une tournée en Europe de l’Est, M. Champagne a indiqué que la GRC avait déployé un agent pour aider les enquêteurs et garantir la justice pour les victimes.

M. Champagne a fait valoir que l’objectif du gouvernement avait toujours été de tenir les responsables imputables et d’obtenir transparence et justice.

«Nous soutenons donc l’Ukraine dans son enquête criminelle sur les responsables», a indiqué le ministre.

M. Champagne a également déclaré qu’il avait pressé le président et le ministre des Affaires étrangères ukrainiens d’exiger que la compagnie aérienne indemnise rapidement les familles des Canadiens tués.

M. Champagne devait rencontrer le dirigeant du transporteur, qui est tenu de fournir une indemnisation en vertu du droit international, mais le ministre a expliqué qu’un conflit d’horaire avait causé l’annulation de la rencontre.

«Ce que j’ai demandé, c’est un possible paiement anticipé aux familles et nous allons continuer à faire pression en ce sens parce que, comme vous le savez dans les conventions de Montréal et de Varsovie (sur les voyages aériens internationaux), il s’agit d’un paiement statutaire qui doit être fait par les compagnies aériennes», a-t-il dit.

Dans l’intervalle, il a déclaré que les autorités canadiennes travaillaient avec la compagnie aérienne et le cabinet d’avocats de Londres embauché par l’assureur d’Ukraine International Airlines pour identifier les proches parents afin que les indemnisations puissent commencer à être versées le plus tôt possible.

«Certainement, j’ai convenu avec mon nouvel homologue, le nouveau ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, de continuer à faire pression sur les compagnies aériennes ukrainiennes, a déclaré M. Champagne. Il y a évidemment des questions juridiques sur cet enjeu, car il s’agit d’un paiement aux particuliers par des compagnies d’assurance reliées aux transporteurs.»

Le Canada et d’autres pays qui ont perdu des citoyens dans l’accident d’avion ont également fait pression pour que le gouvernement iranien indemnise les familles des victimes.

Les plus populaires