Vol 752: le virus n’est pas une «excuse» pour l’Iran pour renier ses engagements

OTTAWA — Le Canada et les autres pays ayant perdu des ressortissants dans l’écrasement d’un avion de ligne abattu par l’armée iranienne n’acceptent pas la COVID-19 comme une «excuse» pour le fait que les boîtes noires n’ont pas encore été transférées par l’Iran, a affirmé mardi le nouveau conseiller spécial du gouvernement.

«Nous n’avons pas pour le moment une enquête transparente et authentique comme il se doit. Nous n’avons pas encore les boîtes noires. Nous n’avons pas encore les indemnisations», a souligné l’ancien ministre libéral Ralph Goodale à La Presse canadienne.

Plus tôt mardi, M. Goodale a été nommé conseiller spécial du gouvernement Trudeau chargé de la réponse continue du Canada à la tragédie d’Ukraine International Airlines, survenue en janvier.

La semaine dernière, des familles de certains des Canadiens tués dans l’écrasement se plaignaient que la pandémie actuelle nuisait aux efforts visant à obliger Téhéran à rendre des comptes.

M. Goodale a dit espérer organiser une rencontre avec les familles dans les prochains jours en dépit des restrictions imposées par la nécessaire distanciation sociale «afin de s’assurer qu’elles sachent que leurs priorités, leurs inquiétudes et leur récriminations n’ont d’aucune façon été négligées ou oubliées».

Le premier ministre Justin Trudeau a précisé que M. Goodale examinera les leçons retenues de l’écrasement du vol PS752 d’Ukraine International Airlines et d’autres catastrophes aériennes, dont celles du vol 302 d’Ethiopian Airlines et du vol 182 d’Air India. M. Goodale établira un cadre d’intervention canadien pour les catastrophes aériennes internationales et offrira des recommandations sur les meilleures pratiques à adopter.

M. Goodale soutiendra les efforts en cours du gouvernement et formulera des recommandations sur les «outils et mécanismes» nécessaires pour prévenir de tels drames.

La nomination de M. Goodale est annoncée au moment où l’Iran a raté l’échéance, la semaine dernière, pour remettre les enregistreurs de bord de l’avion de ligne, que l’armée iranienne a abattu le 8 janvier, tuant les 176 personnes à son bord, dont 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents.

Le représentant de l’Iran auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale, à Montréal, avait promis le 11 mars dernier de transférer les boîtes noires à l’Ukraine dans les deux semaines, pour l’aider à enquêter sur l’accident, mais rien n’a été fait depuis.

M. Goodale, un ancien député fédéral de la Saskatchewan, était plus récemment ministre de la Sécurité publique, jusqu’à sa défaite aux élections de l’automne dernier; il a eu de nombreux autres portefeuilles, y compris les Finances et les Ressources naturelles.

«Tourner la page» 

«La tragédie d’Ukraine International Airlines n’aurait jamais dû se produire, et les familles et les proches des victimes ont le droit d’en connaître les causes, indique M. Trudeau dans un communiqué. Nous travaillons pour que des comptes leur soient rendus et que justice soit faite, afin qu’ils puissent tourner la page. Nous devons également élaborer une stratégie pour intervenir de la meilleure façon possible lors de catastrophes aériennes internationales.

«Je sais que Ralph Goodale a l’expérience nécessaire pour nous aider à identifier les meilleures pratiques et à soutenir les efforts afin que les familles reçoivent des indemnisations adéquates.»

Les familles des Canadiens tués dans l’accident, qui trouvaient déjà que Téhéran se traînait les pieds, ont exprimé leur inquiétude la semaine dernière quant au fait que la pandémie de COVID-19 distrayait Ottawa, notamment pour demander des comptes à l’Iran. Ils avaient également de la difficulté à obtenir des réponses du gouvernement fédéral, très occupé ces jours-ci à une autre crise.

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a rappelé que l’Iran était l’un des pays les plus touchés par la pandémie actuelle de coronavirus. Mais il a ajouté que le Canada avait toujours le devoir de demander des réponses au nom des familles et des proches de ceux qui sont morts dans l’écrasement.

M. Goodale a fait écho aux propos de M. Champagne, mardi.

«Malgré tout, cela (la pandémie) ne peut pas être utilisé comme une excuse pour ne pas faire ce qui doit être fait», a-t-il martelé.

«Nous saluons ces engagements, mais le fait est qu’ils n’ont pas été respectés. Les boîtes noires devaient être remises avant la fin d’une période de deux semaines qui est venue à échéance il y a environ une semaine», a fait valoir M. Goodale.

Les plus populaires