Vols gratuits pour Ukrainiens: seulement 500 billets disponibles à court terme

OTTAWA — Les Ukrainiens qui souhaitent obtenir un vol vers le Canada financé au moyen de dons en points Aéroplan pourront s’inscrire en ligne vendredi, mais ils devront possiblement se précipiter puisque le processus ne sera ouvert, dans un premier temps, que pour la distribution de 500 billets d’avion.

Ce n’est qu’une mince fraction – soit un 20e– de l’objectif final d’une initiative annoncée en avril par le gouvernement Trudeau, en partenariat avec Air Canada et des organismes caritatifs tels que Miles4Migrants. Le projet, lancé par une collecte de dons en argent et en points, vise à fournir un transport par avion gratuitement à 10 000 personnes ayant fui l’invasion russe en Ukraine.

Or, sur son site web, Miles4Migrants, organisme établi aux États-Unis qui gère la logistique, précise que l’inscription débutant vendredi à 17h, heure d’Europe de l’Est, ne vaut que pour une «première ronde» de billets disponibles «selon le principe du premier arrivé, premier servi».

«Ce premier tour d’inscriptions ouvrira (pour) les 500 premiers billets. Si vous demandez à voyager en famille, chaque personne compte comme un billet distinct. Cela signifie qu’une famille de quatre personnes comptera pour 4 des 500 billets», peut-on lire.

Le ministre de l’Immigration, Sean Fraser, ne s’est nullement montré inquiet du rythme où vont les choses, lorsque questionné jeudi à ce sujet dans les couloirs du parlement, à Ottawa.

«Je crois que le résultat sera très réussi», s’est-il enthousiasmé, n’affichant aucune inquiétude quant à l’atteinte de l’objectif final. Il a affirmé que, selon sa compréhension, Mile4Migrants commence par une tranche de 500 pour s’assurer que son programme flambant neuf fonctionne adéquatement.

«Miles4Migrants n’a jamais opéré à si grande échelle par le passé. (Ce sont) une organisation et une initiative incroyables», a-t-il dit.

Pourtant, ce n’est pas ce qu’a soutenu l’organisation en question au cours d’une entrevue accordée à La Presse Canadienne en mai. «Nous avons récemment travaillé avec le gouvernement américain pour le transport par avion de plus de 20 000 Afghans (…) et donc nous avons de l’expérience à cette échelle», avait dit l’un de ses cofondateurs, Andy Freedman.

À ce moment, l’organisation admettait faire face à un «très léger délai» pour lancer son programme afin de permettre à des Ukrainiens souhaitant bénéficier de vols subventionnés de s’inscrire. Initialement, Mile4Migrants anticipait de premiers départs en avion vers le Canada «aussitôt qu’en mai».

Maintenant que les inscriptions commenceront vendredi, l’organisme rappelle que seuls les ressortissants ukrainiens qui ont déjà en main un permis de séjour au Canada, comme en vertu de l’Autorisation de voyage d’urgence Canada-Ukraine (AVUCU), sont admissibles. 

Miles4Migrants spécifie sur sa page web qu’une autre organisation, son «partenaire caritatif de coordination» MOSAIC, vérifiera la validité de chaque inscription.

«D’ici au 17 juin, MOSAIC vous contactera pour confirmer toute information dans le cadre de l’examen d’admissibilité», écrit-on à l’attention des principaux intéressés.

Selon les plus récentes données publiées par le gouvernement fédéral, 127 153 demandes d’AVUCU ont été approuvées. Le programme offre une résidence temporaire de trois ans au Canada à des Ukrainiens et membres de leur famille immédiate.

Les Canadiens ont été invités le 20 avril à faire des dons en points Aéroplan et en argent pour financer les vols. Selon une page web d’Air Canada, la collecte a permis d’amasser 147 millions de points depuis. Le transporteur aérien a lui-même fait don de 100 millions de points.

Pas d’autres vols nolisés annoncés

Parallèlement à son partenariat avec Miles4Migrants, Ottawa a fait venir environ 900 Ukrainiens au moyen de trois vols nolisés. Le gouvernement Trudeau n’a pas annoncé si d’autres suivront et quand.

Appelé à fournir des éclaircissements jeudi, le ministre Fraser n’a pas carrément fermé la porte à d’autres vols nolisés du fédéral, mais a vanté la flexibilité des vols commerciaux pour des Ukrainiens qui se retrouvent à différents endroits en Europe, comme en Pologne et en Allemagne.

«Ce que nous voyons en ce moment, de notre perspective fédérale, c’est que ça a aidé d’organiser des vols nolisés. (Mais) c’est en fait plus efficace si on peut pousser vers des occasions (de vols) commerciaux, particulièrement à travers l’initiative de Miles4Migrants», a-t-il répondu.

Le Bloc québécois réclame des vols nolisés additionnels. «Rendu à l’heure qu’il est rendu, je pense que le gouvernement a échoué dans sa volonté d’aider les Ukrainiens à fouler le sol du Canada», a tranché le porte-parole bloquiste en matière d’immigration, Alexis Brunelle-Duceppe.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a aussi indiqué, par le passé, que les vols qui ont été nolisés étaient insuffisants à ses yeux. «Nous devrions en faire plus pour soutenir des pays comme la Pologne qui aident des millions d’Ukrainiens», a commenté jeudi le chef adjoint Alexandre Boulerice, par écrit.

De son côté, Miles4Migrants mentionne sur son site web que «des billets supplémentaires seront mis à disposition ultérieurement».

Pour les conservateurs, il est clair que le gouvernement n’aurait pas dû se tourner vers pareil partenariat qui, selon eux, survient trop tard.

«Bien qu’il soit admirable que tant de Canadiens se soient mobilisés et aient fait des dons à ce programme, le gouvernement aurait dû prendre l’initiative dès le début du conflit et ne pas s’en remettre à un programme privé bien après les faits», a déclaré dans un courriel leur porte-parole en matière d’immigration, Jasraj Singh Hallan.

M. Boulerice a aussi soutenu que le fédéral aurait dû lancer son propre programme, bien qu’il a souligné que le NPD voit d’un bon œil l’initiative de Miles4Migrants.

Tous les principaux partis d’opposition demandent la suspension de toute exigence de visa pour les Ukrainiens fuyant la guerre, une requête de longue date qui a été écartée par les libéraux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.