Voyages dans le Sud: Legault attend plus d’Ottawa et pourrait se montrer plus sévère

MONTRÉAL — Devant ces gens qui s’envolent vers le Sud, malgré les consignes sanitaires liées à la pandémie, le premier ministre François Legault presse le gouvernement fédéral de préciser quels moyens il va prendre pour s’assurer du respect de la quarantaine à leur retour. Et il pourrait lui-même se montrer plus sévère.

Au cours d’une conférence de presse conjointe avec les trois chefs des partis d’opposition, mardi, le premier ministre Legault a affirmé être sur la même longueur d’onde que le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford. «On n’exclut rien. Et on est au même endroit que monsieur Ford.» 

Le premier ministre ontarien a dénoncé la lenteur du gouvernement fédéral à intervenir, alors que les médias diffusent des images d’aéroports remplis de voyageurs qui s’envolent vers le Sud, malgré la pandémie. Tant les aéroports que les frontières relèvent du gouvernement fédéral.

M. Ford s’est dit prêt à imposer des tests de dépistage sur les routes à proximité des aéroports, voire à imposer aux voyageurs une quarantaine dans des hôtels pour s’assurer du respect strict de celle-ci.

Interrogé à ce sujet, le premier ministre Legault s’est dit ouvert aux mesures plus musclées, mais veut d’abord avoir plus de renseignements de la part du gouvernement fédéral à ce sujet.

«On veut avoir plus d’informations sur les mesures de suivi auprès des nombreux passagers — parce qu’il semble y en avoir quand même beaucoup — pour s’assurer que les quarantaines soient très bien respectées», a affirmé le premier ministre Legault.

Avec 2183 nouveaux cas de coronavirus et 1055 personnes hospitalisées mardi, la situation est «très fragile», a martelé M. Legault.

Il a également déploré le comportement de certaines personnes, qui se pensent plus futées que les autres, en imaginant toutes sortes de stratagèmes pour contourner les règles et se réunir en nombre pour Noël. 

«Ce qu’on ne peut contrôler, c’est ce qui va se passer dans les maisons. Je veux être bien clair avec les Québécois: ce n’est pas le temps de trouver un truc « pour pas se faire pogner ». C’est le temps d’être responsable», a lancé le premier ministre.

Front uni des quatre

C’est d’ailleurs un front uni et exceptionnel que les quatre chefs de parti ont voulu présenter, en donnant cette conférence de presse à quatre, côte à côte.

Tous ont passé le même message: respectez les consignes sanitaires et ne vous rassemblez pas aux Fêtes, même si c’est tentant. Faites-le en signe de solidarité avec les travailleurs de la santé, qui sont au front depuis le début de la pandémie, qui sont surchargés de travail et épuisés après 10 mois.

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre-Plamondon, a invité chacun à appeler une personne seule, à lui adresser une carte, à lui cuisiner un mets. «Peut-être que si cette crise peut servir à quelque chose, c’est d’avoir une remise en question, comme société, sur la solitude, sur le fait que ce n’est pas normal d’être individualiste au point où on ne s’occupe pas des autres», a-t-il affirmé.

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a invité à «propager la magie de Noël au lieu du virus».

Et la cheffe de Québec solidaire, Manon Massé, a invité les gens à penser aux travailleurs de la santé qui «mettent leur vie en danger» pour nous soigner. Elle invite donc à respecter les consignes «pas parce que je suis docile ou obéissante», mais «par solidarité envers eux».

Vaccins

Par ailleurs, le premier ministre Legault a précisé qu’à ce jour, 4875 doses de vaccin avaient été reçues au Québec et que 50 000 devraient l’être cette semaine.

Il en attend 29 000 autres dans deux semaines. «C’est tout ce qu’on a de confirmé pour l’instant», a-t-il dit, soit environ 84 000 doses au total.

Laisser un commentaire