Washington approuve la vente de près de 4 G$ de chars à la Pologne, alliée de l’OTAN

WASHINGTON — L’administration Biden a approuvé mardi la vente de près de 4 milliards $ de chars à la fine pointe, d’autres véhicules de combat et d’une grande quantité d’armes assorties à la Pologne, pays allié de l’OTAN, à un moment où les problèmes de sécurité sont accrus en raison de la guerre de la Russie dans l’Ukraine voisine.

Le département d’État a déclaré qu’il avait donné son accord à la Pologne pour l’achat de 116 chars de combat M1A1 Abrams et d’autres équipements, y compris des dizaines de milliers de cartouches de munitions diverses, d’une valeur d’environ 3,75 milliards $.

Dans le même temps, le département a indiqué qu’il avait également approuvé une vente de 1,5 milliard $ d’hélicoptères Chinook à la Corée du Sud.

Le département a déclaré que dans les deux cas, les ventes soutenaient les intérêts de sécurité nationale des États-Unis et ne modifieraient pas l’équilibre militaire de base dans l’une ou l’autre des régions, qui font face à des menaces de la Russie et de la Corée du Nord.

L’achat des chars Abrams par la Pologne «soutiendra les objectifs de politique étrangère et de sécurité nationale des États-Unis en améliorant la sécurité d’un allié de l’OTAN qui est une force pour la stabilité politique et le progrès économique en Europe», a déclaré le département dans un communiqué.

Il a ajouté que les chars et autres équipements «amélioreraient la capacité de la Pologne à faire face aux menaces actuelles et futures en fournissant une force crédible capable de dissuader les adversaires et de participer aux opérations de l’OTAN».

La vente des hélicoptères Chinook à la Corée du Sud améliorera la «capacité de Séoul à faire face aux menaces actuelles et futures en renforçant sa capacité de transport lourd de l’armée», a déclaré le département dans un communiqué séparé.

Les hélicoptères «permettront (à la Corée du Sud) de mener des missions à l’appui de plans opérationnels bilatéraux qui incluent, mais sans s’y limiter, l’évacuation médicale, la recherche et le sauvetage, les parachutages et les secours en cas de catastrophe», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.