Washington refuse de commenter les informations sur une entente avec Meng Wanzhou

Le département américain de la Justice refuse de commenter les informations de médias selon lesquelles ses avocats recherchent en quelque sorte une entente sur le plaidoyer avec la directrice financière de la société technologique Huawei, Meng Wanzhou.

Le «Wall Street Journal» indique que les procureurs du département de la Justice ont joint Mme Meng au sujet de la possibilité d’un accord de poursuite suspendue.

Le journal dit qu’en échange de l’aveu d’un acte répréhensible, Mme Meng serait autorisée à quitter le Canada, où elle se trouve dans l’attente de sa possible extradition vers les États-Unis depuis deux ans.

Mme Meng a été placée en détention à Vancouver en décembre 2018 à la demande du département de la Justice, qui a accusé Huawei d’avoir violé les sanctions américaines contre l’Iran.

Son arrestation, qui a entraîné un affrontement diplomatique, a été largement liée à la décision de la Chine quelques jours plus tard de détenir les Canadiens Michael Kovrig et Michael Spavor, qui font face à des accusations d’espionnage.

Le premier ministre Trudeau a refusé de commenter les informations du «Wall Street Journal».

«Je ne vais pas commenter ces rapports. Les Canadiens savent très bien que notre priorité absolue, c’est le retour en sécurité des deux Michael», a-t-il déclaré en point de presse, vendredi.

L’International Crisis Group, où M. Kovrig travaillait, ne s’est pas prononcé non plus.

Marc Raimondi, un porte-parole du département de la Justice, a également refusé vendredi de commenter les informations.

Laisser un commentaire