Waterloo: les autorités se préparent à une montée de cas avec l’apparition du variant

WATERLOO, Ont. — Les responsables de Waterloo, en Ontario, se préparent à un afflux d’infections à la COVID-19 au cours de la fin de semaine, après avoir signalé le premier cas du nouveau variant apparu pour la première fois au Royaume-Uni.

Une enquête de santé publique de la région de Waterloo a retracé le patient jusqu’à une autre personne qui a voyagé à l’étranger et jusqu’à une éclosion dans un foyer de soins de longue durée dans la région.

La municipalité a déclaré dans un communiqué, samedi, qu’elle s’attendait à ce que d’autres cas soient détectés une fois que la santé publique aura effectué tous ses tests.

La région a précisé que le cas du variant avait été relié à une éclosion qui s’était déclarée au foyer de soins Columbia Forest, à la fin du mois de décembre.

Les données provinciales de dimanche ont signalé moins de cinq cas parmi le personnel et les résidants de l’établissement, où l’éclosion est toujours considérée comme active.

Le principal médecin de la région a déclaré que l’arrivée du variant n’était pas inattendue étant donné la confirmation de sa présence ailleurs dans la province. Le docteur Hsiu-Li Wang a ajouté que le respect continu des directives de santé publique demeurait toujours la meilleure défense contre le virus.

«Ce que cela signifie pour la région de Waterloo, c’est que nous ne devons pas baisser la garde en ce qui concerne les mesures de santé publique. Ce que nous avons fait, ce sont les mêmes mesures que nous devons utiliser contre ce variant», a souligné le docteur Wang dans un communiqué.

Les responsables ont prévenu que le variant B.1.1.7, qui est apparu pour la première fois au Royaume-Uni l’année dernière, est plus contagieux et pourrait provoquer une maladie plus grave.

La santé publique de l’Ontario a confirmé la présence de 58 cas du variant dans la province, alors qu’elle continue d’augmenter les tests génomiques pour détecter B.1.1.7 et deux autres souches de COVID-19 considérées comme des «variants préoccupants». Haldimand-Norfolk a été ajouté à la liste des unités de santé avec un cas confirmé du variant britannique, dimanche.

Seul le variant britannique a été confirmé en Ontario, et un certain nombre de responsables régionaux de la santé soupçonnent que le nombre total de cas est en fait plus élevé.

Les responsables de la santé publique de Barrie, en Ontario, ont déclaré que la souche était à l’origine d’une éclosion mortelle dans un foyer de soins de longue durée, qui a tué plus de 45 personnes et infecté plus de 200 autres. Le variant a été lié à d’autres éclosions dans un hôpital et une autre maison de soins de la région.

L’Ontario a signalé 1848 cas supplémentaires de COVID-19 et 43 nouveaux décès liés au virus, dimanche.

Un rattrapage des données à la santé publique a probablement gonflé le total quotidien d’environ 300 cas, selon la ministre de la Santé Christine Elliott.

La province a fait état de 1159 hospitalisations, dont 356 aux soins intensifs et 252 sous respirateurs.

L’Ontario a par ailleurs annoncé que 2816 doses de vaccin contre la COVID-19 avaient été administrées depuis la dernière mise à jour quotidienne, pour un total de 339 644  à travers la province.

Laisser un commentaire