Wilkinson n’attendra pas l’élection d’un successeur pour quitter son poste

VANCOUVER — Andrew Wilkinson, qui a conduit le Parti libéral de la Colombie-Britannique à l’une de ses pires défaites de son histoire, n’attendra pas l’élection d’un successeur pour quitter ses fonctions.

Il avait annoncé antérieurement qu’il partirait aussi tôt que le parti lui aurait trouvé un successeur, mais il a annoncé samedi que le moment était venu de quitter ses fonctions.

M. Wilkinson dit appuyer l’idée que le chef intérimaire devra être choisi par le caucus du parti. Pour renouveler la formation, il faudra avoir «des conversations difficiles et des réflexions sincères», a-t-il dit.

Au cours des élections provinciales du 24 octobre, les libéraux n’ont réussi qu’à faire élire que 28 députés, contre 57 pour les néo-démocrates et 2 pour les Verts.

La nouvelle Assemblée législative de la Colombie-Britannique doit se réunir le 7 décembre au cours d’une brève session. Le gouvernement de John Horgan devrait présenter un discours du Trône axé sur la pandémie de COVID-19 et l’économie.

Selon M. Wilkinson, le Parti libéral compte profiter de la course à la direction pour définir ses positions en vue des prochaines élections dans quatre ans.

M. Wilkinson demeurera député de Vancouver-Quilchena qu’il représente depuis 2013.

Laisser un commentaire