Wisconsin: le nouveau dépouillement confirme la victoire de Joe Biden

MADISON, Wis. — La victoire de Joe Biden dans l’État chaudement disputé du Wisconsin a été confirmée lundi, au terme d’un dépouillement judiciaire partiel qui n’a fait qu’ajouter à l’avance de 20 600 voix qu’il détenait face au président Donald Trump; ce dernier a promis de contester cette issue devant les tribunaux.

La présidente démocrate de la commission électorale du Wisconsin a confirmé le résultat lundi. M. Trump a maintenant cinq jours pour s’adresser à la justice. Il avait promis dès samedi que cela se ferait lundi ou mardi, dans l’espoir de faire disqualifier quelque 238 000 électeurs. Ses avocats évoquent, sans preuve, une vaste fraude électorale.

Même si M. Trump devait prévaloir, les dix grands électeurs en jeu ne seraient pas suffisants pour altérer le résultat de l’élection.

«Absolument rien ne permet de prétendre que les résultats ont été influencés par une vaste fraude», a dit par voie de communiqué le procureur général du Wisconsin, le démocrate Josh Kaul.

La loi du Wisconsin confie au président de la commission électorale, un organisme bipartisan, la responsabilité de confirmer le vainqueur de l’élection. La fonction alterne entre républicains et démocrates; elle est actuellement occupée par la démocrate Ann Jacobs. Elle a signé le document qui confirme la victoire de M. Biden, en dépit des objections des républicains qui souhaitaient attendre la fin des procédures judiciaires.

Les poursuites intentées par M. Trump dans d’autres États chaudement disputés — comme l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, le Nevada et la Pennsylvanie — ont échoué.

La campagne Trump a versé 3 millions $ US pour des dépouillements judiciaires dans les deux plus grands comtés démocrates du Wisconsin, ceux de Dane et de Milwaukee. Cela a ajouté 87 votes à l’avance de M. Biden.

M. Trump cherchait entre autres à disqualifier des bulletins par correspondance sur lesquelles des adresses manquantes avaient été ajoutées par des travailleurs électoraux. Ces employés ne faisaient pourtant que respecter les instructions reçues et cette pratique est en vigueur depuis au moins onze élections.

Les différentes contestations de M. Trump auraient pu faire annuler quelque 238 000 votes, selon une analyse du Milwaukee Journal Sentinel.

L’Alliance des électeurs du Wisconsin, un groupe conservateur, a déjà déposé une poursuite contre les représentants électoraux de l’État pour bloquer la certification des résultats. Le groupe veut confier à la législature républicaine le choix des grands électeurs qui exprimeront les dix votes de l’État.

Laisser un commentaire