10 parcs régionaux et réserves du Québec qui valent le détour

Photo : Gary Lawrence

Cet été, partez à l’aventure dans les archives de L’actualité pour (re)découvrir les grands classiques estivaux du Québec.

Au-delà des parcs nationaux, une foule de petits parcs régionaux et de réserves voient défiler chaque année des millions d’amateurs de plein air. Qu’ils aient pour vocation le développement économique régional ou la préservation de milieux fragiles, tous attirent essentiellement une clientèle de proximité. En voici 10, triés sur le volet.

Parc régional des chutes Monte-à-Peine-et-des-Dalles (Lanaudière)

parc-qc-1
Photo : Gary Lawrence

Est-ce parce que son nom est imprononçable ou parce qu’il chevauche trois municipalités — Saint-Jean-de-Matha, Sainte-Béatrix et Sainte-Mélanie — que ce parc est peu connu ? Qu’importe : il est fort agréable à fréquenter, avec ses 17 km de sentiers familiaux ou de niveau intermédiaire et ses deux jolis cours d’eau (la rivière Noire et la rivière L’Assomption), qui déboulent parfois en cascades ou en splendides chutes. Trois ponts enjambent les rivières (dont le vertigineux pont de la Gorge), et des géocaches repérables par GPS ont été disposées çà et là dans le parc.

Parc de la rivière Batiscan (Mauricie)

batiscan
Photo : Fralambert / Wikimedia Commons

Réparti sur 400 hectares reliant trois municipalités — Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Saint-Stanislas et Saint-Narcisse —, ce parc s’étire le long de la magnifique rivière Batiscan, un cours d’eau ponctué de rapides et de petites chutes. Des installations permettent d’y séjourner en camping rustique ou en yourte près d’une plage, et une via ferrata (un parcours ferré à flanc de falaise) de 200 m surplombe la rivière ; on pourra l’emprunter de nuit, avec une lampe frontale, cet été. Un parc d’hébertisme aérien de 26 stations et trois tyroliennes lancées au-dessus de la rivière complètent le tout.

Parc régional des Grandes-Coulées (Centre-du-Québec)

Créé en 2011, ce parc de Plessisville couvre près de 16 km2. Il dispose de 10 km de sentiers tracés dans une forêt ancienne, de 3 km de sentiers d’interprétation et d’un ponton de bois qui traverse une jolie tourbière. On peut aussi y pratiquer le vélo de montagne, la pêche en rivière et la géocache, une chasse au trésor GPS.

Réserve naturelle Alfred-Kelly (Laurentides)

Même si elle ne forme pas un parc régional au sens strict du terme, la nouvelle réserve naturelle Alfred-Kelly — inaugurée en janvier dernier en plein cœur des Laurentides — donne lieu à de jolies balades, surtout pour les ornithologues. Sur ce territoire de 500 hectares flanqué d’escarpements de 175 m, on peut voir planer pas moins de 80 % des espèces d’oiseaux de proie connues au Québec, dont le pygargue à tête blanche et le faucon pèlerin. Même si elle est privée (elle appartient à l’ONG Conservation de la nature Canada), cette réserve située en partie à Piedmont et en partie à Prévost est ouverte au public, bien que les sentiers soient encore en cours d’aménagement. On y accède à partir de la gare de Piedmont, près du mont Olympia.

Parc régional du Lac Taureau (Lanaudière)

parc-taureau
Photo : Gary Lawrence

Vaste réservoir formé par la construction d’un barrage, en 1931, le lac Taureau demeure fort fréquenté (y compris par les bateaux à moteur !) dans les environs de Saint-Michel-des-Saints, son principal point d’accès. Mais au-delà des hordes d’estivants, cet immense terrain de jeux de 95 km² est idéal pour faire du kayak et du canot. De plus, il regroupe une cinquantaine d’îles — la plupart inhabitées — où on peut parfois s’échouer et lézarder sur de petites plages. Trois campings rustiques sont également accessibles.

Fiducie foncière du mont Pinacle (Cantons-de-l’Est)

mont-pinacle

Magnifique montagne au faîte légèrement aplati, le mont Pinacle était et demeure un lieu sacré pour les Abénaquis, à mi-chemin de Frelighsburg et d’Abercorn. Dans les années 1980, un promoteur a néanmoins voulu y implanter des condos et un centre de ski, ce qui a créé un mouvement d’indignation populaire qui s’est rendu jusqu’en Cour suprême.

Au début des années 1990, à l’initiative de nombreux citoyens, le mont Pinacle est devenu la propriété d’une fiducie foncière privée (sauf le sommet, qui appartient au mécène Daniel Langlois), afin de le soustraire à la convoitise des bétonneurs. Même si quelques sentiers parcourent la montagne, le parc n’est ouvert que lors d’activités d’interprétation, faute de moyens pour encadrer les randonnées. Informez-vous pour connaître les dates des prochaines activités.

Parc régional du Massif du Sud (Chaudière-Appalaches)

Partie intégrante des flancs verdoyants des Appalaches, le parc du Massif du Sud compte 20 sentiers qui totalisent 71 km — dont le tout nouveau Parcours des géants, une longue randonnée de 18 km qui mène au point culminant de la région, le mont Saint-Magloire (à 917 m). Mais ce parc de Saint-Philémon, dans la MRC de Bellechasse, dispose aussi de sentiers multifonctionnels (pour le vélo de montagne et le vélo hybride) et d’un parcours de géocache. Enfin, un parcours d’hébertisme aérien pour enfants (glissades, ponts de corde, tyrolienne, etc.) se conclut par un chouette château-labyrinthe en bois.

Sentiers des 3 monts de Coleraine (Chaudière-Appalaches)

parc-capture-ecran
Photo: Les 3 monts de Coleraine

Situés à Saint-Joseph-de-Coleraine, en plein cœur d’une réserve écologique, les 20 km de sentiers pédestres des 3 monts de Coleraine serpentent dans 1 200 hectares de forêts montagneuses — dont une splendide et rare chênaie — et donnent accès à des points de vue splendides depuis les sommets des monts Oak (460 m), Kerr (494 m) et Caribou (558 m). Deux lacs propices à la baignade complètent le tableau, et on peut y dormir en refuge, en camping ou dans une yourte.

Parc régional Vallée Bras-du-Nord (Portneuf, région de Québec)

bras-du-nord
Photo: Ybou photos / Wikimedia Commons

Réalisé en 2002 par une coopérative regroupant la population locale, des entreprises régionales ainsi que des jeunes en réinsertion sociale qui y ont aménagé les sentiers, ce parc est souvent cité comme un modèle à suivre au Québec. Il compte 70 km de sentiers de randonnée, 100 km de sentiers de vélo de montagne et des parcours de canyonisme, en plus d’offrir de nombreuses possibilités pour le canot et le kayak. On peut y séjourner en refuge, en chalet, en camping ou dans un village de yourtes.

Réserve naturelle des Montagnes-Vertes (Cantons-de-l’Est)

Avec ses 6 500 hectares, la réserve naturelle des Montagnes-Vertes forme la plus grande aire protégée privée à l’est de la Saskatchewan. Propriété de l’ONG Conservation de la nature Canada, elle dispose d’une quinzaine de kilomètres de sentiers qui traversent des habitats naturels où se cachent des centaines d’espèces animales et végétales. Ces parcours sont rattachés au réseau de sentiers de 135 km de Corridor appalachien, un autre OSBL qui a pour mission de protéger plus de 10 500 hectares de milieux naturels et de gérer la réserve naturelle des Montagnes-Vertes.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie