Qui veut goûter au « faux gras », le foie gras végétalien ?
Art de vivre

Qui veut goûter au « faux gras », le foie gras végétalien ?

Dans la foulée de la popularité du mouvement végane, un chef vient de créer un faux pâté de foie gras éthiquement correct et… aussi goûteux que l’original, dit-on.

« Aucune lentille n’a été maltraitée lors de la fabrication de ce foie gras végétalien », titrait le Times de Londres, le 10 mai dernier. Le grand quotidien faisait ici référence au « faux gras » d’Alexis Gauthier, établi depuis des années dans la capitale britannique.

À compter du 1er juin, ce chef étoilé Michelin proposera sa version 100 % végétalienne du foie gras, sur la carte de son resto du quartier de Soho.

Élaboré à partir de lentilles, de noix, d’échalotes, de champignons et de betteraves, son pâté de « faux gras » est ensuite recouvert de beurre végétalien, lequel crée l’illusion (et imite la texture) du gras de canard ou d’oie.

Conçue en collaboration avec les chefs de Bosh !, une plateforme Web qui promeut le végétalisme, la recette « est aussi goûteuse, a la même texture et procure la même sensation en bouche que le foie gras, mais sans devoir abattre un animal », assure Alexis Gauthier dans une vidéo.

C’est parce qu’il est devenu végétalien il y a deux ans et qu’il désirait trouver une manière de remplacer le foie gras que ce chef originaire d’Avignon a concocté cette recette. Comme tant d’autres, il se dit préoccupé par la méthode traditionnelle de fabrication du foie gras, qui implique l’abattage mais aussi le gavage — pas toujours pratiqué avec un souci du bien-être de l’animal.

Son initiative survient alors que le végétalisme suscite un intérêt grandissant dans les pays trop carnivores, et que l’engouement des consommateurs pour des produits éthiquement corrects va croissant, en épicerie comme au restaurant.

Alexis Gauthier n’est pas le premier à tenter d’offrir un foie gras végétalien aux gourmets de ce monde. Mais souvent, les puristes n’y trouvent pas leur compte, jugeant le produit final nullement à la hauteur de l’original.

Le chef du Gauthier Soho réussira-t-il là où d’autres ont failli ? Réponse le 1er juin.