Plaisirs à manger… et à boire
Art de vivre

Plaisirs à manger… et à boire

Des fromages produits à l’île aux Grues, des vins élaborés à l’île d’Orléans et des vignes cultivées sur l’île de Montréal.

Vignes urbaines

Le projet d’étude Vignes en ville, qui a mis en place un premier vignoble expérimental l’été dernier sur le toit du Palais des congrès de Montréal, colonisera d’autres terres à l’été 2019, sur une portion du terrain du nouveau siège social de la SAQ, situé dans l’est de Montréal. Vignes en ville comporte aussi un volet de recherche, qui étudiera l’efficacité d’un paillis créé à partir de bouteilles de verre réduites en petites particules. Grâce à la réverbération des rayons lumineux, ce paillis pourrait procurer un mûrissement accéléré des plants. À quand une première cuvée urbaine ?

 * * *

La fromagerie insulaire

L’île aux Grues compte à peine une centaine de résidants toute l’année. Au cœur de l’économie de cette longue frange de verdure posée au milieu du fleuve Saint-Laurent : une fromagerie, où travaille la moitié de la population locale. C’est là que sont créés entre autres les fromages Le Mi-Carême, Tomme de Grosse-Île et Le Riopelle de l’Isle, qui accumulent les distinctions à l’échelle nationale et internationale.

Fondée il y a une quarantaine d’années pour assurer la survie des fermiers de l’île, cette société coopérative agricole peine aujourd’hui à s’approvisionner en lait. C’est que, depuis 2010, deux des cinq producteurs laitiers de l’île ont cessé leur production, et en 2015, l’un des trois producteurs restants a subi un accident de travail qui l’a obligé à se départir de son troupeau et à mettre sa ferme laitière en vente. Le lait ne pouvant être transporté vers et hors de l’île en hiver, toute l’économie locale repose sur cette interdépendance entre la fromagerie et les producteurs laitiers locaux. Avis aux agriculteurs en quête d’une ferme et attirés par la vie insulaire…

* * *

L’île d’Orléans dans nos verres

Vignoble Ste-Pétronille, Voile de la Mariée 2016

Nommé en l’honneur d’une fine cascade située à gauche des chutes Montmorency, ce vin de vandal-cliche et de vidal est élevé en cuve d’inox, afin de préserver la pureté et la fraîcheur du fruit. Le 2016 a tout ce qu’on recherche dans un blanc d’apéritif : sec, délicatement parfumé et juste assez structuré. Impeccable ! (733725 ; 15,30 $)

Vignoble Ste-Pétronille, Brut nature

La vivacité de ce Brut nature en fait un candidat idéal pour le kir royal. Ample et de bonne tenue, tout en demeurant désaltérant, il déploie en bouche des notes de melon, de fleurs blanches et de menthe, sur un fond de sucre d’orge et d’écorce de citron. Un très bon vin qui vaut pleinement son prix ! (Au domaine et dans les marchés spécialisés ; 30 $)