Succès d'ici – Le bonheur de l'eau
Art de vivreDe notre partenaire

Succès d’ici – Le bonheur de l’eau

À une heure de Montréal se cache un petit coin de paradis aquatique où il fait bon se prélasser et décrocher. Faire trempette entouré des beautés de l’Estrie, ça vous dit ?

DE NOTRE PARTENAIRE

Lorsqu’on met les pieds au BALNEA spa + réserve thermale, il est difficile de rester de glace devant la beauté de ce vaste espace nature dont les flancs ondoyants dévalent jusqu’au Lac Gale, un magnifique plan d’eau sans embarcation niché entre deux monts de l’Estrie.

Partout sur ce site verdoyant, qui comprend 22 km de sentiers pédestres, des parcours de méditation et de repos dans la nature, de même qu’une réserve faunique, divers panoramas spectaculaires accompagnent les clients partout où ils se baladent avant ou après avoir flâné dans les bains turcs, bassins et saunas, souvent vêtus d’un peignoir blanc immaculé, ce qui ajoute une touche surréaliste au décor.

Quand l’entrepreneure Stéphanie Emond a visité ce domaine abandonné des Cantons de l’Est en 2003, elle a su qu’elle venait de trouver un lieu idyllique pour bâtir le spa qu’elle rêvait d’ouvrir depuis la fin de ses études en marketing et design à Barcelone, en Espagne.

« Avec ses 400 acres à moins d’une heure de Montréal, ses bâtiments et son lac privé unique, ce site m’a permis de développer une vision claire de ce que je voulais créer, soit un lieu où le design et l’architecture sont intégrés à la nature, comme si les bâtiments y avaient poussé comme des arbres, et un environnement où nos invités peuvent venir se blottir dans le calme de la nature », explique cette Montréalaise qui a grandi en faisant l’expérience des bains. Son père avait même construit un petit sauna sur le quai de l’île qui abritait le chalet familial en Outaouais.

« Chez nous, les bains, c’est un rituel familial qui date de plus de 30 ans!  Et bien que les spas existent depuis des siècles, voire des millénaires – j’ai même visité un spa en Jordanie qui existait depuis plus de 2 000 ans! – lorsque j’ai créé BALNEA, l’industrie des spas était encore à ses débuts au Québec. Nous pouvons donc offrir des produits et des services innovants, car nous ne sommes pas attachés à des traditions anciennes comme les bains communs en Turquie ou les onsen au Japon. »

Nécessaire ressourcement

Aujourd’hui, la compétition s’est rudement resserrée dans l’industrie du spa, admet Stéphanie Émond, qui développe son entreprise avec son partenaire d’affaires Denis Laframboise, copropriétaire depuis 2006 et aujourd’hui président de l’entreprise.

« On ne peut se permettre de s’asseoir sur nos lauriers. Plusieurs entreprises investissent des dizaines de millions dans des projets similaires. Comme nous vivons à une époque de performance, ce phénomène nous amène à rechercher une hygiène de vie saine, qui agit comme un levier pour notre vie professionnelle et familiale. Au moyen de la détente, l’alimentation, le sport et les soins, les spas répondent à notre besoin de ressourcement pour être plus performants. Notre mission est donc de donner tous les outils pour atteindre cet équilibre. »

Un « road trip » qui vaut le coup

Miser sur la créativité et offrir une expérience intime avec la nature est le secret du succès du BALNEA, dont plusieurs clients montréalais combinent « road trip » et spa le temps d’une escapade d’une journée. « En plus du parcours de bains chauds et froids, nous offrons plus de 20 techniques de massage, 40 soins haut de gamme et une cinquantaine de forfaits, dont ceux pour amoureux qui sont super appréciés des clients. Et il y a bien sûr le restaurant LUMAMI cuisine nature, digne des plus grandes tables du Québec, pour lequel les clients viennent de plus en plus pour un repas, sans visiter le spa. Nous avons aussi récemment ajouté à notre offre des ateliers de méditation pleine conscience et des parcours méditatifs sensoriels guidés pour une expérience immersive complète, de même qu’une programmation originale incluant yoga, soirées musicales, randonnées, etc. », détaille Stéphanie Emond.

Au fil des ans, Stéphanie Emond et son partenaire ont fait le pari de réinjecter continuellement des fonds dans leur entreprise, en réinvestissant les profits engendrés dans de nouvelles installations et projets plutôt que de se verser des dividendes. « En 2011, par exemple, nous avons répondu à un appel d’offres pour ouvrir des spas à l’aéroport Montréal-Trudeau. C’est ainsi qu’est née Balnea Spa Voyage, qui nous permet de nous faire connaître auprès de milliers de voyageurs. »

Bref, le spa Balnea rime avec des influences internationales multiples, tout en respectant les traits distinctifs du Québec, dont l’incontournable beauté de nos quatre saisons au bord du Lac Gale.