Retour aux sources
Art de vivre

Retour aux sources

La distribution de viande locale connaît une croissance rapide, de même que la vente directement à la ferme, ce qui permet de rencontrer les éleveurs du Québec.

Johanne est devenue « presque végétarienne » il y a quelques années. Par conviction, mais aussi par manque d’envie. « Je n’ai jamais été une grande amatrice de viande, mais j’en étais au point que l’idée d’en acheter à l’épicerie me rebutait. » Avec la famille, la transition s’annonçait ardue : « Mon conjoint et nos deux fils étaient de vrais carnivores. » Chacun a fait son bout de chemin et ils ont trouvé un compromis : il y aurait de la viande sur la table trois fois par semaine et ils iraient l’acheter ensemble, directement à la ferme. « J’ai beaucoup insisté sur ce point, précise Johanne. C’était important pour moi de connaître la provenance de notre viande et de rencontrer les gens qui la produisent. »