Le vin de la semaine: un beaujolais pour le long week-end

Joufflu et gorgé de fruit, ce vin exprime tout le côté rassasiant et désaltérant des raisins de gamay fermentés.

La vie est trop courte pour fréquenter l’ennui, surtout dans son verre. Chaque semaine, Nadia Fournier vous fait découvrir les vins qui l’emballent.

vin_rouge_chateaucambon_grand
Château Cambon, Beaujolais 2015 – 12454991 – 23,15 $

Certains vins ont une vocation saisonnière. Les rosés et les blancs du Vinho Verde, par exemple, sont presque confinés à l’été. À tort, cela dit, mais c’est un autre sujet et j’y reviendrai dans quelques semaines.

Et il y a ces autres vins qu’on aime à l’année. Comme ceux du Beaujolais.

À l’automne, c’est mon vin de prédilection pour préparer les conserves. En hiver, je l’adore en accompagnement des braisés. Le printemps venu, je ne peux imaginer meilleur rouge pour l’ouverture de la terrasse. Et en été, je me régale de sa légèreté, de son petit côté guilleret.

Parmi mes incontournables depuis son arrivée à la SAQ, il y a quelques années, celui du Château Cambon. Racheté en 1995, par Marie Lapierre (Domaine Marcel Lapierre) et Jean-Claude Chanudet (Domaine Chamonard), le vignoble de Cambon est situé entre les crus de Morgon et de Fleurie, au cœur de la zone des crus. Il n’appartient pourtant à aucun de ces crus emblématiques du nord du Beaujolais. Un laissé pour compte de l’Institut national de l’origine et de la qualité, victime d’incertitudes administratives remontant à 1936.

Jean-Claude Chanudet et Marie Lapierre cultivent la vigne sans engrais chimiques ni désherbants. Le vin est élaboré en macération semi-carbonique à la beaujolaise — les raisins situés dans la partie supérieure de la cuve subissent une fermentation intracellulaire, ce qui donne des vins moins acides et moins tanniques —, sans ajout de levures sélectionnées et avec très peu de soufre.

Résultat: un vin joufflu et gorgé de fruit, qui coule en bouche comme une eau de source (à 13 % d’alcool, par contre). Une expression pure, rassasiante et désaltérante de raisins de gamay fermentés. C’est tout.

Simple et délicieux. Encore meilleur si vous le servez frais, autour de 15 °C.