5 distilleries québécoises pour vos accords alcool-piscine

En manque d’inspiration pour vos cocktails cet été ? Voici des suggestions provenant de distilleries à visiter si vous passez dans le coin, ou à la SAQ, testées par l’équipe de Tour du Québec.

Crédit : L'actualité

Distillerie du Fjord, Saint-David-de-Falardeau, Saguenay–Lac-Saint-Jean

Leur gin boréal KM12 est l’un des plus populaires à la SAQ. Toutes les épices utilisées dans sa fabrication, dont la comptonie voyageuse (qui donne le côté cardamome) et le poivre des dunes, sont cueillies près de la distillerie afin de conserver le côté forestier du produit. Son nom est un hommage à une source d’eau située au 12e kilomètre du chemin des Monts-Valin, à proximité.

En plus du KM12, on peut déguster à la Distillerie du Fjord le 48 chemin de Price, un gin plus contemporain et haut de gamme, ou la liqueur Lily au thé du Labrador.

Vice & Vertu Distilleries, Saint-Augustin, Capitale-Nationale

Le premier gin de Vice & Vertu, BeOrigin, a su se faire remarquer des consommateurs, mais aussi de l’industrie, raflant une pléiade de prix dès sa première année, en 2018. Un gin à la fois doux et rebelle, à l’image d’un London Dry Original.

Le propriétaire de Vice & Vertu, un médecin et distillateur à temps perdu, mise à 100 % sur des céréales québécoises pour ses produits. Microdistillés en petits lots, ils sont produits et embouteillés à Saint-Augustin, près de Québec.

Artist in Residence, Gatineau, Outaouais

La rencontre entre un camionneur de Gatineau et une Colombienne a donné naissance à cette distillerie qui se démarque par sa vodka légère et son gin aux baies de genévrier.

La distillerie accueille pour chaque création un artiste en résidence — d’où le nom. Le magasin, décrit comme glamour et moderne par son propriétaire, vaut un détour par Gatineau cet été.

Les Subversifs, Sorel-Tracy, Montérégie

Depuis quelques années, l’église Marie-Auxiliatrice de Sorel-Tracy n’accueille plus des fidèles, mais une production annuelle de 50 000 bouteilles de gin. Les confessionnaux sont toutefois restés en place, histoire de se repentir après avoir bu un liquide autrefois interdit.

Leur gin Piger Henricus a un petit je ne sais quoi grâce au panais ajouté à sa recette. Un gin aussi bon seul qu’en cocktail.

Distillerie du St. Laurent, Rimouski, Bas-Saint-Laurent

Avec plus de 200 000 bouteilles produites en cinq ans, le gin St. Laurent, de la distillerie du même nom, est l’un des plus populaires et réputés au Québec.  Nommée distillerie canadienne de gin en 2016 lors d’une compétition internationale annuelle de vins et spiritueux de New York, elle souhaite faire honneur au fleuve, par son nom, mais aussi par la laminaire, une algue, qui y est infusée.

La Distillerie du St. Laurent s’est aussi tournée vers l’eau-de-vie à l’érable depuis 2019. Fermenté pendant un an, le sirop d’érable se transforme alors en l’Acerum, un spiritueux au goût plus fruité que sucré. Il a été couronné du titre de « spiritueux le plus innovant » de l’année en mars au Craft Spirits Festival, à Berlin.

Laisser un commentaire
Les plus populaires