Albariño, alvarinho: un cépage, deux noms… et toute une personnalité

De part et d’autre de la frontière Espagne-France, tracée en partie par le fleuve Minho, ce cépage bénéficie d’un climat océanique, caractérisé par sa douceur.

Photo: Wikimedia Commons
Photo: Wikimedia Commons

Les Espagnols le nomment « albariño », les Portugais, « alvarinho » (prononcez al-va-ri-gno). De part et d’autre de la frontière, tracée en partie par le fleuve Minho, ce cépage bénéficie d’un climat océanique, caractérisé par sa douceur. Du côté nord, en Galice, il confère son originalité aux vins des Rías Baixas ; du côté sud, il donne aux vinho verde qui en sont issus leurs véritables lettres de noblesse.

Les négociants anglais installés sur la côte portugaise affectionnaient les vins de la plaine alluviale du Minho dès la Renaissance. Les registres commerciaux de l’époque indiquent que le vin le plus prisé du royaume de Portugal était alors celui des vignobles de Monção : un vin ardent, léger et acide, issu du cépage local alvarinho.

Au cours des 15 dernières années, ces vins-boissons longtemps appréciés pour leurs vertus désaltérantes — plus que pour leur complexité — se sont métamorphosés. Pour le mieux, diront la plupart des amateurs. Les méthodes culturales ont évolué, et les raisins sont récoltés plus tardivement, ce qui donne des vins plus gras et plus aromatiques, avec des taux d’alcool conséquemment accrus. La vivacité, la légèreté et le caractère perlant font désormais place à la vinosité et à l’exubérance.

Depuis, l’albariño jouit d’un succès sans précédent aux États-Unis. À tel point qu’il est presque devenu une dénomination générique pour un vin blanc ibérique. Hélas, sans doute victime de la mauvaise réputation du vinho verde à saveur commerciale, l’alvarinho portugais évolue encore dans l’ombre de son voisin.

À part quelques initiés, peu de gens savent que la région vallonnée de la Galice recèle les vins blancs parmi les meilleurs du pays, parfois aptes au vieillissement et le plus souvent abordables. Avec autant d’attributs, il serait toutefois étonnant que le travail de vignerons brillants, comme Luis Cerdeira (Soalheiro), Anselmo Mendes et Marcial Dorado (Feital), demeure secret encore bien longtemps…

Issus de l’alvarinho, voici deux bons vins distinctifs qui illustrent bien les différents styles de vinho verde présents sur le marché.

* * *

Quinta De Gomariz, Alvarinho 2011, vinho verde
(11895225 ; 20,20 $)

vin-alvarino-1

Le gaz carbonique est un produit de la fermentation alcoolique. Normalement présent à dose imperceptible dans les vins tranquilles, il peut parfois créer une sensation de picotement en bouche. C’est le cas de ce vinho verde très typé, par sa légèreté et son caractère perlant, mais plus aromatique que la moyenne, avec des goûts d’agrumes et de fleurs. Encore meilleur après une aération de quelques heures en carafe. Idéal pour les chaudes journées d’été.

vin-alvarino-2

Anselmo Mendes, Alvarinho 2011, Muros Antigos, vinho verde
(11612555 ; 19,30 $)

Anselmo Mendes est l’un des acteurs importants de la sous-appellation Monção, au nord de la région qui produit le vinho verde. Il se spécialise dans l’élaboration d’alvarinhos nourris, dont le style évoque certains vins des Rías Baixas, auxquels il emprunte la même vitalité et la fraîcheur. Le 2011 s’inscrit dans la continuité des derniers millésimes et arbore cette même texture vineuse et ces saveurs caractéristiques de pêche. Délicieusement original et rassasiant de fraîcheur !