Alibaba et sa nouvelle caverne des voyages

Tremblez, Expedia, Travelocity et autres Priceline : le géant chinois du commerce électronique Alibaba prend de plus en plus d’ampleur sur votre territoire, et il a les pieds larges, dit le blogueur Gary Lawrence.

Alitrip

Tremblez, Expedia, Travelocity et autres Priceline : le géant chinois du commerce électronique Alibaba prend de plus en plus d’ampleur sur votre territoire, et il a les pieds larges.
Art_de_vivre

Récemment entrée en Bourse à grand renfort de battage pubicitaire, et désormais plus imposante que Walmart en terme de valeur boursière, Alibaba vient en effet de lancer Alitrip.com — un agrégateur de services de 10 000 entreprises, qui remplace son ancienne plateforme Taobao Travel, rapporte l’Écho touristique.

Parmi les fournisseurs d’Alitrip, soulignons le très réputé transporteur hongkongais Cathay Pacific, le site de réservations Agoda.com et une foule de prestataires de services touristiques — des voyagistes aux comparateurs de tarifs jusqu’aux services de guides et autres organisateurs de circuits, petits et grands.

Pour l’heure, c’est l’immense et sans cesse croissante clientèle de voyageurs chinois qui est dans la mire d’Alitrip, où une forte demande serait laissée sans réponse, explique l’Écho touristique. Au troisième trimestre de 2014, le marché chinois des voyages en ligne aurait même bondi de 20 %, avec 11,8 milliards $US de transactions.

Mais dans un avenir plus ou moins rapproché, et si on se fie aux visées expansionnistes d’Alibaba, peut-être verra-t-on naître un Alitrip.ca, à l’instar de ce qu’ont fait Expedia et Priceline…

* * *

À propos de Gary Lawrence

Journaliste indépendant, Gary Lawrence a foulé le sol des sept continents de la planète et de plus de 90 pays. Ex-rédacteur en chef d’un magazine spécialisé en tourisme, il a aussi été rédacteur en chef francophone d’un service de presse touristique et a signé à ce jour des centaines d’articles portant sur les voyages, dont plusieurs dans L’actualité. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter : @LawrenceGary.

Laisser un commentaire