Avions: enfants honnis ou avec nounous?

Le transporteur émirati Etihad Airways, basé à Abou Dhabi, a embauché 300 nounous aériennes pour prêter main forte aux familles voyageant sur des vols long-courriers, rapporte le Telegraph.

« Approuvées » par Norland, un collège britannique spécialisé en formation de « nannies », ces nounous seront chargées de divertir les enfants avec des maquillages et des peintures corporelles, des tours de magie ou des origamis, mais aussi d’apaiser les jeunes trublions des airs, lorsque leur angoisse les fera vociférer.

Elles auront aussi comme tâche de leur servir les repas sur une base prioritaire et veiller à les préparer à aller se coucher, sans pour autant s’éloigner des parents. Pour les plus vieux, on a également prévu des quiz et des visites de la cabine de pilotage.

D’ici la fin de l’année, Etihad devrait disposer de 500 nounous aériennes, disponibles dans toutes les classes.

Cette louable initiative va dans le sens du Club Enfants d’Air Transat, mais elle contraste fortement avec la récente décision de Scoot, une filiale de Singapore Airlines, de créer des zones sans enfants sur ses vols, suivant en cela d’autres précédents.

La question de savoir si les jeunes voyageurs devraient être confinés dans un secteur particulier des avions, voire carrément bannis de certains appareils, a fait l’objet de débats assez polarisés, ces dernières années. Et de façon générale, il semble que bien des passagers soient en faveur de « child-free zones » en haute altitude – 70 % en Grande-Bretagne, selon un récent sondage -, bien que peu de transporteurs se soient risqués sur ce terrain glissant…

Pour vous embarquer avec moi sur Twitter ou suivre mon sillage Facebook, c’est par ici ou par là, c’est selon.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Effectivement, la présence d’enfants turbulents dans un avion pose un problème sérieux aux autres voyageurs et les cies aériennes ne peuvent l’ignorer. D’ailleurs la présence de saoulons est aussi un problème mais ce n’est pas l’objet de votre article. Donc, toutes les solutions sont bienvenues, que ce soit une nounou ou encore des zones sans enfants dans l’avion ou un mélange des deux, ou même des vols sans enfants. C’est évidemment malheureux d’en avoir à faire ça mais les parents qui savent que leurs enfants sont turbulents et risquent d’incommoder sérieusement les autres passagers pendant des vols long-courrier ne vont pas s’auto-discipliner et persistent à prendre l’avion en se fichant éperdument des autres passagers et ils sont la raison principale qui pousse les cies aériennes à prendre des mesures qui risquent d’affecter la plupart des parents d’enfants non turbulents en avion.