Bienvenue chez Pablo Escobar, baron de la drogue

On dit qu’à une certaine époque, il fournissait à lui seul 80 % de la cocaïne écoulée sur la planète, et qu’il était le dixième homme le plus riche au monde. Abattu par les forces de l’ordre il y a près de 20 ans, Pablo Escobar s’était aménagé un vaste domaine dans les hauteurs montueuses de Colombie, à 165 km de Medellin. Aujourd’hui, sa propriété de 20 km carrés est devenue El Parque Temático de la Hacienda Nápoles, un étrange parc muséal à ciel ouvert ponctué de curiosités en décrépitude et de dinosaures en plastique, mais qui attire néanmoins des milliers de badauds de la truanderie.

Crédit: Rusty Blazenhoff/Laughingsquid.com

Sur place, on peut encore voir le premier avion de brousse utilisé par Escobar pour son lucratif commerce, une petite piste d’atterrissage, des miradors brinquebalants, une vieille bagnole poivrée de mitraille et les carcasses rouillées des voitures de collection du brigand, des sculptures animalières et jurassiques ultra-kitsch, une enceinte privée à corridas et, bien sûr, la maison du baron de la drogue – ou plutôt ce qu’il en reste – devenu en partie un musée traitant de « sa vie, son oeuvre ».

Transformé en une sorte de parc thématique comprenant des jeux d’eaux et des attractions pour enfants, le domaine compte également de nombreux animaux, les uns dans des cages tristounettes, les autres en semi-liberté dans de vastes enclos, soit ce qu’il reste de l’immense zoo privé que s’était constitué Escobar en faisant venir par avion 2000 bêtes, dans les années 80.

Parmi elles on dénombre des éléphants, des kangourous, des rhinocéros, des antilopes et des hippopotames, qui ont continué à se reproduire après le décès du trafiquant… jusqu’à ce que l’un d’eux sème l’émoi en s’échappant, avant qu’on le récupère.

De nos jours, les hippos batifolent bucoliquement dans les étangs du domaine, devenu leur verte prison. Une prison de laquelle, contrairement à Escobar, ils ne semblent plus vouloir s’échapper.

Pour consulter une galerie de photos de la Hacienda Napoles, tirée de Laughing Squid, cliquez ici.

Pour un avant-goût du parc thématique au coeur duquel sont éparpillées les « reliques » d’Escobar, voyez la vidéo ci-bas.

Trouvé via World Hum

Pour me suivre sur Twitter, c’est par ici.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire