Ces étranges malheurs qui accablent les vols 191

Loin de moi l’envie de verser dans la superstition ou la numérologie de bas étage, mais les faits parlent d’eux-mêmes: ces dernières années, toutes sortes de tribulations ont frappé une série de vols numérotés 191, d’un transporteur aérien à l’autre, relève le Wall Street Journal.

Ainsi, mardi dernier, le vol 191 de JetBlue a dû atterrir d’urgence au Texas après que le pilote ait disjoncté, quitté la cabine de pilotage et parlé de menaces d’explosion, d’Al-Qaïda, d’Irak et d’Afghanistan, avant d’être maîtrisé par quelques passagers et par un pilote qui n’était pas en service.

En 1985, le vol 191 de Delta Air Lines s’est écrasé juste avant son atterrissage à Dallas, tuant sur le coup 137 personnes.

En 1979, un DC-10 d’American Airlines, dont le numéro de vol était 191, a vu l’un de ses réacteurs perdre de la puissance au décollage, entraînant l’appareil et ses 271 passagers à leur perte, à Chicago.

Bien que le Wall Street Journal n’en parle pas, il semble que trois autres vols 191 aient connu une fin tragique, chaque fois en s’écrasant : un appareil de Comair (alias le vol 5191 de Delta Air Lines, en partage de code), causant la mort de 49 passagers, en 2006; le vol 191 de Prinair, qui s’est abîmé à Porto Rico avec ses 5 passagers, en 1972; et le vol expérimental d’un appareil X-15, en 1967.

Conséquemment, tant American que Delta ont retiré le numéro 191 de leur liste de vols – une pratique apparemment répandue dans l’industrie du transport aérien.

Maintenant que nous en sommes à autant d’événements impliquant ce numéro de vol en aussi peu d’années, JetBlue (ou d’autres compagnies aériennes) seront peut-être tentées de le retirer elles aussi. Surtout si quelqu’un, quelque part, est pris d’une subite poussée de superstition et qu’il fait le rapprochement entre 191 et 9/11.

Quoi qu’il en soit, si j’étais superstitieux, j’éviterais pour ma part de m’embarquer à bord de l’autobus no. 191, à l’avenir: après tout, celui-ci relie la station montréalaise Lionel-Groulx au terminus de la gare de Dorval…

 

 

Laisser un commentaire