Du tourisme politique pour être au premier rang de l’histoire

Il y en a qui traversent des milliers de kilomètres pour vivre à fond les Jeux Olympiques, une course de F1, une fête traditionnelle ou un festival de musique, en solo ou en voyage organisé.

Mais ce que propose le Réseau Québec-Monde, c’est plutôt de former un groupe de voyageurs politisés et l’envoyer là où se joue l’histoire, avant, pendant et après un important événement politique, comme le référendum qui se tiendra en Écosse en 2014, ou celui qui risque de se produire en Catalogne, en 2016.

Organisme sans but lucratif créé en avril dernier par cinq militants, dont François Roberge, président du Parti Québécois dans Gouin, Réseau Québec-Monde (RQM) « pratique le tourisme politique dans une optique d’éducation citoyenne à la démocratie » par la création de séjours d’immersion politique, explique-t-on sur la page Facebook de l’organisme.

Le RQM souhaite aussi « sensibiliser les participants à la géopolitique internationale actuelle […], afin d’en apprendre davantage sur les pratiques démocratiques à l’extérieur du Québec. »

« Le but du RQM n’est pas tant d’observer le déroulement d’une élection ou d’un référendum que d’accompagner des militants là où ils oeuvrent, peu importe où ils se trouvent dans le monde », explique François Roberge.

Pour briser la glace, un premier voyage baptisé « Attache ton kilt, on débarque! » se déroulera donc à Édimbourg, du 10 au 20 septembre 2014, dans le cadre du référendum sur l’indépendance de l’Écosse, qui se tiendra le 18 septembre de cette même année.

En tout, le RQM espère rassembler une trentaine de touristes politiques pour observer sur place les mouvements des camps du Oui et du Non, prendre part à des manifestations ou faire du porte à porte, voire rencontrer Alex Salmond, chef du Parti national écossais et actuel Premier ministre d’Écosse.

Même si la toile de fond demeurera celle des élections, le tout se déroulera dans le cadre d’une véritable expérience touristique, avec la visite d’Edimbourg, du Loch Ness ou d’autres sites dignes d’intérêt dans cette partie de l’Écosse. Et puisque on refait souvent le monde autour d’une pinte, il y a fort à parier que les touristes politiques du RQM se retrouveront souvent au pub, en fin de soirée.

Tout le monde intéressé par la politique est le bienvenu dans ce voyage, y compris des fédéralistes curieux, des souverainistes mous ou d’ex-péquistes déçus. Les personnes intéressées à prendre part à ce voyage peuvent s’incrire sur le Site Web du RQM, en fournissant une lettre de motivation et leur cv (question de savoir avec qui tout le monde part).

Le lancement officiel du RQM ainsi que celui de sa campagne de financement se déroulent ce lundi à Montréal, au Gainzbar, à 18 h. À cette occasion, le projet sera exposé en long et en large par François Roberge; un conférencier invité, le professeur et auteur Marc Chevrier, causera politique écossaise; et on promet la présence d’un invité surprise venu d’Écosse.

Pour me suivre sur Twitter ou Facebook, cliquez ici ou ici.

Les commentaires sont fermés.

Ils auront besoin de bien bien bien connaitre l’anglais parce que l’anglais parlé dans les Highlands est le plus difficile au monde.