Échanger sa résidence secondaire contre une maison de luxe

Même si ce n’est pas d’hier que l’échange de maisons permet de séjourner à l’étranger sans trop débourser, Love Home Swap dispose d’une proportion plutôt élevée de résidences huppées (mais aussi de propriétés plus ordinaires), parmi les 80 000 proposées dans 160 pays du globe.

Art_de_vivreUne église convertie en résidence à Edimbourg. Un manoir colonial anglais situé dans une réserve privée, au Kenya. Un château dans le Limousin, une auguste demeure en pierres à Westmount, une villa dominant la mer à Santorin ou à Bali…

La liste qui précède ne provient pas d’une agence immobilière pour propriétés de luxe, mais bien de celle de Love Home Swap, un «club de voyage en ligne» qui se décrit comme «le no 1  mondial d’échange de maisons» et qui permet de troquer sa résidence contre celle d’un autre membre, un peu partout sur la planète.

Même si ce n’est pas d’hier que l’échange de maisons permet de séjourner à l’étranger sans trop débourser (notamment avec Trocmaison/Homexchange, Intervac ou HomeLink), Love Home Swap dispose d’une proportion plutôt élevée de résidences huppées (mais aussi de propriétés plus ordinaires), parmi les 80 000 proposées dans 160 pays du globe.

Ces propriétés sont souvent des résidences secondaires ou inoccupées une partie de l’année, ce qui les rend parfois disponibles sur une plus longue période. Mieux: Love Home Swap permet de louer la résidence d’un membre (sans échanger la sienne en retour) ou de laisser un autre membre résider chez soi sans faire de même au même moment, grâce à un système de points.

Dans ce dernier cas, celui qui prête sa maison accumule un certain nombre de points selon la durée de l’occupation, mais aussi selon la valeur, la taille et le degré de luxe et de confort de sa propriété; libre à lui d’utiliser ultérieurement ces points dans la résidence de l’autre membre, ou de tout autre membre avec qui il se sera entendu.

Cela dit, le site de Love Home Swap souffre de quelques imperfections. D’abord, le système de points n’est pas toujours… au point. Ainsi, cette grande maison de Tremblant et ce palazzo italien du XIIIe siècle donnent droit au même nombre de points (100) que ce bungalow de La Prairie.

Par ailleurs, le site pèche parfois par manque de photos, ce qui peut rendre ardu l’évaluation de la valeur réelle d’une propriété avant de l’échanger contre la sienne. À tout le moins, les membres peuvent s’envoyer autant de courriels qu’ils le veulent, avant de conclure une entente.

Enfin, il arrive que le moteur de recherche divague: en cherchant une maison au Québec, on se retrouve avec des suggestions de résidences à Muskoka (Ontario) ou de Bonne Bay (Terre-Neuve-et-Labrador).

Quoi qu’il en soit, ce «club échangiste résidentiel» (accessible à partir de 20 $/mois) est une preuve de plus que l’économie collaborative gagne en popularité, dans le milieu du tourisme, et qu’elle est là pour rester: même les géants de l’hôtellerie traditionnelle investissent désormais dans ce modèle d’affaires, comme l’a fait Wyndham Hotels & Resorts avec Love Home Swap, en juin dernier.

Laisser un commentaire

Pas toujours facile de conclure des échanges, surtout si vous n’êtes pas dans un lieu recherché. En somme, il faut disposer d’une résidence secondaire pour se donner toutes les chances. Réfléchissez bien avant de vous inscrire.

Les plus populaires