Journée des parcs nationaux : portes ouvertes sur la nature québécoise

Art_de_vivre

C’est ce samedi 12 septembre qu’a lieu la sixième Journée des parcs nationaux du Québec. Pour l’occasion, chacun des 24 parcs membres du réseau de la Sépaq sera accessible gratuitement, toute la journée.

De nombreuses activités spéciales – certaines payantes, d’autres pas – s’ajouteront à celles déjà offertes : observation des oiseaux de proie au parc du Mont-Saint-Bruno, découverte de la taille de la pierre au parc du Lac-Témiscouata, rabaska au parc de la Jacques-Cartier, observation des phoques ou création d’une oeuvre d’art éphémère (landart) au parc du Bic…

En plus de faire découvrir aux Québécois la splendeur et la joliesse de nos parcs, cette journée vise aussi à les sensibiliser sur l’importance de protéger leur milieu naturel.

Évidemment, certains parcs situés en zone périurbaine sont déjà massivement fréquentés, et le fait d’ouvrir toutes grandes les guérites demain ne va pas améliorer les choses – à moins que la pluie ne s’en mêle. «Le succès de cette journée dépend grandement de la météo du jour», confirme Lucie Boulianne, porte-parole de Parcs Québec.

Il va aussi de soi que le nombre de pleinairistes qui participeront variera du tout au tout entre le parc d’Aiguebelle (Abitibi-Témiscamingue) et le parc des Îles-de-Boucherville (Montérégie), accessible en voiture depuis le tunnel Hippolyte-Lafontaine, depuis Montréal.

Si certains adeptes de plein air fuient cette journée par crainte de croiser trop de monde en forêt, d’autres moins nantis s’en réjouissent. En 2010, le tarif d’accès à l’un des parcs nationaux du Québec était de 3,50 $; il est de 8,50 $ aujourd’hui. On peut donc comprendre qu’une famille de quatre adultes saute sur cette occasion d’économiser 34 $ (plus le carburant, les repas et éventuellement le site de camping), quitte à jouer du coude dans certains sentiers.

Bonne nouvelle cependant : depuis le 1er avril dernier, les enfants et ados de 6 à 17 ans sont admis gratuitement, tant dans les parcs qu’aux activités de découverte – «une réalité qui est là pour rester, car nous avons entrepris un virage familles», assure Lucie Boulianne. Des passes annuelles permettent également aux pleinairistes assidus d’économiser grandement, et elles sont offertes suivant plusieurs modalités.

Initialement lancée en juin 2010, la Journée des parcs nationaux a par la suite été «déménagée» en septembre. «Nous remarquons que l’achalandage a augmenté depuis que cette activité se tient à l’automne, évitant le bruit médiatique du Grand Prix et des nombreux autres événements du printemps, poursuit Lucie Boulianne. Du coup, les gens réalisent aussi qu’il y a encore beaucoup à faire dans les parcs nationaux l’automne, surtout avec la saison des couleurs qui arrive à grands pas.»

Pour plus d’informations, consultez la page de la Journée des parcs nationaux, sur le site de la Sépaq.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie