La croisière s’amuse toujours en Haïti

À une centaine de kilomètres des zones dévastées par le séisme, des paquebots de croisière continuent de s’amarrer à un quai donnant accès à des plages privées, où les croisiéristes s’adonnent aux sports nautiques, lézardent ou sirotent un rhum dans un hamac. Tout ça à Labadie… en Haïti.

La compagnie de croisières visée, Royal Caribbean International, a beau avoir annoncé l’octroi d’un million de dollars en aide à Haïti, et mettre son espace cargo à la disposition de l’envoi d’aide humanitaire, un certain malaise subsiste, y compris chez les croisiéristes. Mais d’autres ne s’en formalisent pas pour autant.  

La suite iciici et ici.

Les commentaires sont fermés.

Le malaise ne serait-il pas que le croisiériste cesse toutes ses activités en Haïti au moment où on commençait à entrevoir une lueur d’espoir dans la reprise du tourisme?
Quant aux croisiéristes, était-ce plus «décent» de pique-niquer sur la plage AVANT le tremblement de terre?
Je suis mitigée par rapport à la tendance du «poverty tourism» (bien que ce ne soit pas ce que vend Royal Caribbean, qui semble plutôt avoir une clientèle qui ne veut pas voir la misère d’après les témoignages recueillis), mais je pense aussi que quand les pauvres en question peuvent y trouver leur compte, on ne peut pas tout rejeter en bloc. Surtout après une catastrophe naturelle, quand toute aide est la bienvenue.

Si Royal Caribbean a octroye un don d un million de dollars a Haiti et met son espace cargo a la disposition

les croisieristes peuvent bien se dorer sur les plages d Haiti.

Cuba contient des hotels de 5 etoiles pour touristes
nantis alors que certains Cubains survivent.

Rien de scandaleux

Quelle différence cela fait-il avec les touristes qui vont aussi sur la même île (Ispaniola)mais du côté de la Rép.Dominicaine??? ….ou même ailleurs dans le Sud où les conditions de vie des « autochtones » sont presque aussi misérables qu’en Haïti? Je pense que c’est un faux problème, puisque les habitants de la région en question ne sont pas lésés par le tourisme. Au contraire, cet argent est bienvenu pour rehausser la balance commerciale de ces contrées. Si Cuba n’avait plus aucun touriste pour faire vivre le pays, et bien les Cubains crèveraient de faim… surtout que dupuis la chute brutale du communisme, les Cubains ne peuvent plus compter sur l’aide généreuse de l’Ex-URSS, qui achetait le sucre cubain à prix fort, histoire de soutenir le régime de Castro.
Et puis c’est préférable pour les pays sous-développés un touriste ayant les moyens de donner de l’argent à l’aide internationale qu’un sédentaire au budget serré qui ne peut ni voyager ni soutenir monétairement les efforts de l’aide internationale!

C’est une question de conscience personnelle. Je me sentirais mal d’être à Dabadie, tandis que la situation est tragique pour les sinistrés» haïtiens.NM

Ma croisière dans les Caraibes est acheté depuis plusieurs mois déjà et je ne peux pas l’annuler puisque je ne serais pas remboursé. Donc, au mois de février, je serai à bord d’un de ses bateaux qui fera une escale à Labadee en Haiti. C’est sûr que je n’ai pas vraiment le goût d’aller m’amuser sur une plage à 100 km de Port-au-Prince. Alors qu’est-ce que je dois faire ?
Faire des pressions sur la compagnie pour qu’ils annulent l’escale à Haiti et faire perdre leur gagne-pain à une centaine de Haitiens qui ont encore la chance d’en avoir un ?
Les bonnes âmes offensées le seront sûrement moins si je leur dis que je ne descendrai pas du bateau à Haiti pour accéder à la plage privée et siroter un rhum « haitien » dans un hamac ! Elles seront sûrement moins scandalisées si je leur dis que je resterai à bord du bateau et que je prendrai mon « drink » au bord de sa magnifique piscine allongée sur une confortable chaise longue. Et elles le seraient encore moins si le bateau au lieu de faire escale en Haiti restait en haute mer à 100 km de la côte, ainsi on serait encore plus loin de Port-au-Prince et se serait moins scandalisant. Et elles, ces bonnes âmes que feront-elles en cette journée de février où je serai en croisière dans les parages de Haiti ? Elles seront à des milliers de kilomètres d’Haiti en train de vaquer à leurs occupations quotidiennes, peut-être en train de prendre un verre avec un copain ou une copine. Auront-elles une pensée pour les Haitiens ce jour-là ? Que feront-elles pour aider les Haitiens ce jour-là ?
Le séisme en Haiti est une grande catastrophe qui nous révolte tous. Les anglophones disent que c’est un « Act of God ». Dieu merci !
Nous éprouvons tous une grande compassion pour tous les sinistrés, mais doit-on tous arrêter de vivre pour autant ?

Oui la catastrophe est tragique.

Oui, je me sentirai mal aussi d’y aller, comme je me sentirai mal d’aller dans n’importe quelle croisière dans ce coin. Que ce soit avant, pendant ou après le tremblement de terre, aller se ‘divertir’ dans l’un des pays les plus pauvres de la planète me semble inhumain. Mais ce le sera tout autant dans 20 ans !

D’un autre côté, y’a tellement de destinations de croisières, de ‘tout inclus’ et autres voyages organisés qui ‘abusent’ de cette misère pour vendre des voyages pas chers. Pire encore, plusieurs des $$ dépensés reviennent majoritairement dans les poches des riches occidentaux. Très peu de $$ restent véritablement dans le pays visité.

Bref, mon point :: pourquoi y voir un malaise seulement maintenant?

Pourquoi fallait-il une si terrible tragédie pour se rendre compte que le tourisme occidental consiste habituellement à profiter de la vie ‘dans la face’ des plus pauvres?

Pour la prochaine année, que tous les croisièristes vers Haiti ou ailleur dans le monde donnent la valeur de leurs billets de croisière aux pays pauvres ou payent une enquête internationale pour savoir pourquoi ces pays sont encore pauvres en 2010.Je trouve cela indécent de voir tout ces gros riches débarquer dans ces pays, dans des hotels qui apartiennent a d’autre gros riches qui empochent tout l’argent que rapporte le tourisme. Lors du tsunami qu’est ce qui été reconstruit en premier, les hôtels…