La Journée des parcs nationaux, est-ce une bonne idée?

C’est ce dimanche, le 19 septembre, que sera lancée la première Journée des parcs nationaux du Québec, laquelle reviendra à chaque année, le deuxième dimanche de juin.

Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé - Gary Lawrence
Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé - Gary Lawrence

Pour l’occasion, chacun des 23 parcs québécois membres du réseau de la Sépaq sera accessible gratuitement, et chacun proposera alors des activités spéciales (parfois payantes) : légendes algonquines à Aiguebelle; kayak de mer au Bic; rallye à vélo à Frontenac; sortie sur les traces de l’orignal à Pointe-Taillon; spectacle d’Arthur L’Aventurier (porte-parole de l’événement) au Parc de la Jacques-Cartier…

Parc national de la Pointe-Taillon, Saguenay-lac Saint-Jean - Gary Lawrence
Parc national de la Pointe-Taillon, Saguenay-Lac Saint-Jean - Gary Lawrence

Annoncée en juillet dernier dans le cadre de l’Année internationale de la biodiversité, la Journée des parcs nationaux vise à nous faire réaliser que le Québec compte de nombreux sites naturels vraiment exceptionnels – lesquels ne font d’ailleurs pas tous partie du réseau de la Sépaq –, ce qu’on peut avoir tendance à oublier.

Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, Charlevoix - Gary Lawrence
Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, Charlevoix - Gary Lawrence

Mais cette Journée vise aussi à sensibiliser les gens sur la fragilité de la nature. Ce qui est un peu contradictoire, puisque de nombreux parcs de la Sépaq (surtout en périphérie urbaine) risquent de subir une pression humaine quasi inégalée, dimanche prochain, quand on connaît la propension naturelle des Québécois à se ruer sur les événements gratuits (sans compter qu’on annonce du beau temps presque partout au Québec, ce week-end…)

Parc national de Frontenac - Gary Lawrence
Parc national de Frontenac, Cantons-de-l'Est - Gary Lawrence

Bien que cette initiative apparaisse louable à plusieurs égards, je n’irai donc me balader dans aucun parc national québécois, dimanche prochain (ce qui ne serait pas nécessairement le cas si je vivais en Abitibi ou au Nunavik).

En fait, je préfère continuer à faire comme d’habitude : y aller n’importe quel autre jour de l’année, et payer 3,50 $ pour éviter la cohue. Parce que fréquenter un parc, c’est d’abord et avant tout renouer avec la nature, et il n’est pas naturel de croiser des contingents de visiteurs en pleine forêt.

Parc national de la Jacques-Cartier, Québec - Gary Lawrence
Parc national de la Jacques-Cartier, Québec - Gary Lawrence

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Gary,
Je suis en désaccord avec toi. Si les parcs nationaux permettent de ‘renouer avec la nature’, ils sont sourtout là pour la conservation de cette nature et la faire connaître la nature à ceux qui n’y toucheraient autrement pas. Avec leurs sentiers balisés, leurs escaliers et leurs chemins tracés (attention aux tickets si vous en sortez!), les parcs nationaux ne sont pas tout à fait l’endroit idéal pour vraiment renouer avec la nature. Il y a toujours trop de monde dans un parc national, avec ou sans tarification. Je serai à Orford ce weekend, mais j’ai réservé ma place il y a presque deux mois pour être sûr d’en avoir une…! Pour vraiment renouer avec la nature, il faut aller beaucoup plus loin que les parcs nationaux. Pour moi, rendre le tout gratuit durant une journée fera surtout plaisir à tous ceux qui critiquent la notion qu’il faut habituellement payer pour y entrer. On verra bien s’il y a plus de gens qui y iront, mais je douterais fort qu’il y aille foule.

Si j’étais un chrevreuil un ours ou un loups et même un Harphang des Neige je fuirais dans les immenses territoires inhabités par mes prédateurs pollueurs .