La sortie de la semaine : Fabuleuse pointe Saint-Pierre

À l’extrémité est de la Gaspésie, trois pointes de terre s’avancent dans le golfe du Saint-Laurent. Si Forillon et Percé se passent de présentation, la pointe Saint-Pierre, à mi-chemin entre les deux, ne retient pas l’attention quand on fait le tour de la Gaspésie. Pourtant, elle mérite qu’on s’y attarde.

Photo : Simon Diotte

Cet été, notre collaborateur, spécialiste du plein air, propose une sortie par semaine pour emprunter de nouveaux sentiers tout en découvrant les splendeurs de la nature du Québec.

Soyez aux aguets, la pointe Saint-Pierre n’est qu’un virage de la route 132 dans le classique tour de la Gaspésie. Mettez le pied sur le frein, cette saillie dans la mer renferme un concentré de richesses qui exige un arrêt prolongé.

Depuis plusieurs années, Jeffrey Samuel-Bond, propriétaire d’Avolo plein air, propose des excursions en kayak qui tournoient autour de la pointe Saint-Pierre, un hameau qui abritait autrefois l’un des plus importants ports de pêche de la péninsule.

L’homme d’affaires croit tellement au potentiel touristique du coin qu’il a acquis, il y a quelques années, un motel défraîchi pour en faire son nouveau camp de base. Il s’agit du Nordet, actuellement en rénovation mais néanmoins ouvert, qui surplombe la pointe Saint-Pierre. C’est ici que ce Gaspésien accueille les kayakistes avant de les emmener au quai de Malbaie, deux kilomètres plus loin sur la route 132, d’où ils partent de découverte en découverte.

En quelques coups de pagaie, les explorateurs accèdent à des grottes sur le littoral, assez vastes pour y pénétrer avec une embarcation. Dans les cavités rocheuses, crabes, homards, oursins et plantes marines vivent dans quelques pieds d’eau. De véritables aquariums naturels.

Puis les kayakistes mettent le cap sur la pointe Verte, qui se situe dans la partie sud de la pointe Saint-Pierre, où pousse l’une des rares forêts côtières toujours intactes dans le « Finistère gaspésien », lieu de nidification d’une riche faune ailée. En chemin, les falaises composées d’un conglomérat rougeâtre aux formes arrondies, hautes d’une dizaine de mètres, plongent dans la mer. Un décor saisissant.

Les pagayeurs qui ne craignent pas la houle poursuivent leur route en contournant la pointe Saint-Pierre afin de se rendre jusqu’à l’île Plate, une étendue de terre longiligne qui sert de refuge à de nombreux mammifères et oiseaux aquatiques. À contempler : une échouerie de phoques gris, des fous de Bassan, guillemots marmettes et eiders à duvet qui pêchent sous nos yeux ainsi que des cétacés en action, du petit rorqual à la baleine bleue.

Au large, on s’arrête, on dépose la pagaie sur les rebords de l’embarcation et on s’extasie devant la vue à 360 degrés qui s’offre à nous. Au nord se dresse le cap Gaspé, à la pointe de la presqu’île de Forillon. Au sud, le rocher Percé et l’île Bonaventure. À l’ouest, les prés, les forêts et les falaises de la pointe Saint-Pierre. À l’est, l’infinité du golfe qui s’impose. Impossible de ne pas revenir de cette sortie avec un sourire béat.

Info pratique

En plus des sorties de kayak de mer avec Avolo plein air, on découvre la pointe Saint-Pierre, un milieu en partie protégé par Conservation de la nature Canada, par un petit réseau de sentiers pédestres totalisant 2,6 km, dont l’accès est gratuit.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.