Le «plus meilleur» restaurant au monde !

Lundi, on a appris, à Londres, le classement des «50 meilleurs restaurants au monde» (rien de moins !). Quel établissement occupe donc la première place de ce palmarès ?

Le restaurant Noma, à Copenhague - Photo : AFP / Getty Images
Le restaurant Noma, à Copenhague – Photo : AFP / Getty Images

C’est fait. Lundi, on a appris, à Londres, le classement des «50 meilleurs restaurants au monde», rien de moins.

Art_de_vivre

Le numéro 1, selon le palmarès du magazine britannique Restaurant, est le danois Noma. Coqueluche de la critique gastronomique pointue, Noma avait occupé cette place en 2010, 2011 et 2012. Mais l’avait perdue l’an passé au profit de l’espagnol El Celler de Can Roca, qui redevient deuxième cette année. Le numéro 3 n’a pas changé : il s’agit de l’italien Osteria. La liste complète est ici.

Pas un resto canadien dans cette liste. Mais 7 espagnols, 7 américains et 5 français (dont le mieux classé n’arrive, cependant, qu’en 11e place). Si les pays d’Europe occupent une large place dans le palmarès, avec un total de 28 établissements décorés, d’autres contrées pointent le bout de leur nez : la Thaïlande, la Chine, le Mexique, le Pérou, l’Afrique du Sud.

Bien sûr, ces classements et palmarès valent ce qu’ils valent. Celui de Restaurant s’attire son lot de critiques. Certains trouvent le processus de sélection plutôt opaque (plus de 900 experts, gourmets, critiques et chefs envoient leurs préférences au jury, mais ils n’ont aucun critère à respecter). En France, on ne trouve pas, dans ce palmarès, la classe et le sérieux du Michelin et de ses célébrissimes étoiles. L’hebdomadaire Le Point va même jusqu’à titrer, avec un rien de mauvaise foi, que «la palme va à l’intoxication… alimentaire» : Noma «a envoyé 53 convives à l’hôpital» en février 2013, et le cinquième au classement (Dinner, à Londres) a été fermé pendant une semaine, en février dernier, après que 24 clients eurent été touchés par des symptômes d’intoxication alimentaire.

Mais quand même. Tout glamour qu’il soit, le palmarès en question a le mérite, dit-on, de mettre en lumière des restaurants qui favorisent «la cuisine d’auteurs». Sans pour autant faire oublier des milliers d’autres tables qui, de par le monde et selon les préférences de chacun, mériteraient elles aussi d’être «les plus meilleures au monde».

* * *

À propos de Yanick Villedieu

Yanick Villedieu a effectué sa première incursion dans le monde du journalisme gastronomique en publiant, en 1999, un reportage sur les fromages du Québec dans le magazine L’actualité. Il anime le magazine scientifique radio Les Années lumière sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première et publie régulièrement des articles sur la médecine et la science dans L’actualité, en plus d’y signer la chronique «Plaisirs gourmands». On peut le suivre sur Twitter : @yanickvilledieu.

Les commentaires sont fermés.

Ces listes sont terriblement culturelles. Il me paraît évident qu’un magazine anglais ne mettra pas la France sur un piédestal.

J’ai eu le grand plaisir de manger 2 fois chez Astrid y Gastón, No 18.

De A à Z c’est impeccable. L’atmosphère, le service chaleureux et courtois, la beauté des lieux, la nourriture et… le prix abordable. Pas donné mais abordable. Si vous passez par Lima, réservez sur calle San Isidro et vérifiez mes dires.

Je croyais qu’il y avait erreur sur la photo du restaurant mais non… Le restaurant n’est plus Calle Cantuarias près du Parc Kennedy dans le quartier Miraflores de Lima mais bien dans le quartier de San Isidro.

« L’hebdomadaire Le Point va même jusqu’à titrer, avec un rien de mauvaise foi, que «la palme va à l’intoxication… alimentaire» : Noma «a envoyé 53 convives à l’hôpital» en février 2013, et le cinquième au classement (Dinner, à Londres) a été fermé pendant une semaine, en février dernier, après que 24 clients eurent été touchés par des symptômes d’intoxication alimentaire. »
J’ai souvent de la difficulté avec certaines façons d’analyser les réactions et les commentaires qui y sont associés.
C’est le cas ici.
Pourquoi accuser ici Le Point de mauvaise foi, même « avec un rien »?
Ce qu’il nous apprend à propos de ses 2 restaurants est-il vrai?
Voila la première question à se poser à la suite des commentaires de Le Point.
Si c’est vrai, il n’y a pas un iota de mauvaise fois et même pas « un rien ».
Si un organisme accorde une haute place, même la cinquantième place sur cinquante, ce qui n’est pas le cas et donc c’est encore pire, de son palmarès à un restaurant qui c’est fait prendre tel que nous l’apprend Le Point: 1- je remercie grandement Le Point de me l’apprendre et 2- à mon tour, mais avec plus de virulence je n’accorde plus aucune crédibilité à cet organisme.
Et en bout de ligne, votre commentaire négatif à cause de cela, même minime, à l’encontre de la réaction de Le Point, à tout le moins m’indispose Monsieur Yanick Villedieu !

Bonjour, ceux qui ont fait la selection , je leur propose le restaurant la « Taniere « Quebec ,Canada decouvrir la taniere est comme un ancien trappeur ou coureur des bois faut le decouvrir.