Le rosé, en tout respect

Plongez dans l’été avec les suggestions de vins rosés de notre chroniqueuse Nadia Fournier.

vins rosésPeu de vins sont à la fois aussi populaires et aussi dénigrés que le rosé. Bien qu’en constante progression dans les statistiques de ventes de la SAQ, il est encore victime de tous les snobismes. On lui fait la vie dure. Même les amateurs les plus indulgents le traitent comme un produit de seconde catégorie, une simple boisson de vacances, vite bue, vite oubliée. Un vin de contexte et d’état d’esprit.

L’attrait des gens pour le rosé réside d’ailleurs précisément dans son manque apparent de sérieux et dans la sensation de vacances qu’il produit quand on le boit. Pas besoin de faire de grands efforts d’intellectualisation, on peut se contenter de l’apprécier en toute simplicité.

Rien à redire là-dessus : on devrait aborder tous les vins de cette façon, pas seulement le rosé. N’empêche, ce vin à la réputation frivole est loin d’être facile à élaborer. «C’est même le plus difficile à réussir», soutient Régine Sumeire, qui a mis une dizaine d’années à mettre au point son célèbre Pétale de Rose. Faire du rosé dans les règles de l’art est une leçon de précision et de minimalisme. Tout repose sur l’équilibre et la nuance.

Pour vous accompagner pendant la saison estivale — et, pourquoi pas, tout au long de l’année —, voici trois recommandations de rosés élaborés avec sérieux, mais à apprécier sans complexe. Relaxez, savourez. Bon été !

Domaine Les Béates, Les Béatines 2015, Coteaux d’Aix-en-­Provence (11232261    20,65 $)

Très bel exemple de rosé de Provence, produit selon les principes de la biodynamie par Bernard et Pierre-François Terrat. Les Béatines 2015 révèle une couleur pâle et des saveurs pures, portées par une vinosité semblable à celle de bons vins blancs. Sa finale désaltérante aux tonalités d’iode fera bon mariage avec les fruits de mer.

Château Cambon, Beaujolais Rosé 2015 (12798611    23,25 $)

Excellent beaujolais rosé, élaboré par Jean-Claude Chanudet, en partenariat avec Marie Lapierre (domaine Marcel Lapierre). Goûté lors d’un séjour en France en février dernier, le 2015 était tout à fait délicieux. Des saveurs ciselées, précises, délicates, un équilibre idéal entre le gras et l’acidité et une finale fraîche qui appelle la soif.

Bonny Doon, Vin gris de Cigare 2015, Californie (10262979    22 $)

Chaque année, ce rosé de terroir élaboré par le coloré Randall Grahm gagne en profondeur et en précision. Est-ce l’effet de la conversion à la biodynamie ? Peu importe, le vin est impeccable. Une couleur pâle, un nez pur et une texture nourrie, sur une fine trame minérale qui ajoute à sa complexité.

Dans la même catégorie