Le vin de la semaine : un blanc bio de la Loire

Pascale et François Plouzeau pratiquent la biodynamie et cultivent leur vignoble de Touraine comme un jardin. Leur cuvée Cendrillon est un bijou de sapidité et d’élégance.

Photo : Nadia Fournier

Domaine de la Garrelière, Touraine 2017, Cendrillon
10211397   27,60 $

Je prête volontiers au vin des traits humains. L’anthropomorphisme vient à ma rescousse quand je me lasse des descripteurs organoleptiques classiques pour les avoir répétés des centaines (des milliers ?) de fois. Joufflu, dodu ou potelé ; maigre, osseux ou filiforme ; charmant, sympathique ou guilleret. Tout me va, pour autant qu’on reste loin des « féminin » et « masculin ». Ces derniers me font lever les yeux au ciel à tout coup…

En goûtant cette semaine la cuvée Cendrillon — que j’avais perdue de vue depuis quelques millésimes —, j’ai eu l’impression de retrouver une vieille amie. Vous savez, le genre d’amitié sur laquelle le temps ne semble pas avoir d’emprise. Dans le verre, le même caractère affirmé et cette fougue doublée d’élégance qui m’ont procuré tant de beaux moments à table.

Composé à 100 % de sauvignon, ce vin pur et sans artifice aurait de belles leçons à donner à nombre de sancerres qui « sauvignonnent » au point de frôler la caricature. Loin, très loin de ça, François Plouzeau fait ici le pari de la retenue et de la minéralité, de la profondeur aromatique et de la structure. On l’en félicite et on court faire provision de ce vin en tous points délicieux.

Santé !

Dans la même catégorie
Commentaires
Laisser un commentaire