Le vin de la semaine : un bourgogne de réconciliation

Le gamay noir a longtemps traîné une mauvaise réputation. À tort, comme le prouvent tant de vins du Beaujolais et celui-ci, un joyeux mariage entre gamay et pinot noir. 

Freepik / montage : L’actualité

Thibault Liger-Belair, Bourgogne 2019, Les Deux Terres, France

Code SAQ : 14556190  |  26,85 $

Cette cuvée composée de gamay et de pinot noir (15 %) est le fruit d’un assemblage de raisins des crus du Beaujolais et de la Côte-d’Or, en Bourgogne, d’où son nom. C’est donc une union de deux terres et de deux cépages, tristement mis en opposition par Philippe le Hardi, qui avait banni le gamay du territoire bourguignon en l’an 1395, après l’avoir déclaré « très mauvais et très déloyal », notamment.

D’autres édits interdisant les plantations de gamay noir ont par la suite été prononcés jusqu’en 1731, tous soulignant cette mauvaise réputation, que le cépage n’a toujours pas totalement surmontée. Pourtant, le gamay, s’il est planté au bon endroit et dans des sols appropriés, n’a absolument rien de vilain et peut s’avérer un superbe révélateur de terroir. En l’occurrence ici, ceux de Chénas (40 %), Moulin-à-Vent et Fleurie, situés dans la partie nord du Beaujolais, voisin de la Bourgogne au sud, où les fameux sols de granite lui donnent un profil à la fois suave et gouleyant.

Thibault Liger-Belair intègre 30 % de grappes entières à l’assemblage et privilégie une extraction très douce, ce qui se ressent tout de suite en bouche. Le vin est juteux et sapide en attaque, avec juste ce qu’il faut de volume et de mâche en milieu et en finale, tandis que la présence d’amers nobles rehausse la sensation minérale et met le fruit en relief. Un excellent vin de Bourgogne, en son sens large.

Santé !

Les commentaires sont fermés.

pourquoi dans votre article ce vin a 15 pour cent de pinot noir et sur le site 30pourcent ?