Le vin de la semaine: un cabernet chilien d’une autre époque

Toujours boisés et riches en alcool, les cabernets chiliens? Plus maintenant. Enfin, de moins en moins. Et surtout pas chez De Martino!

La vie est trop courte pour fréquenter l’ennui, surtout dans son verre. Chaque semaine, Nadia Fournier vous fait découvrir les vins qui l’emballent.

vin_rouge_legado_grand
De Martino, 
Cabernet sauvignon 2013, Legado, Reserva, Valle de Maipo — 642868 — 18,15 $

À la fin de l’année 2011, Marcelo Retamal et l’équipe de chez De Martino ont décidé d’en finir avec le bois neuf. L’année suivante, la surmaturité devenait leur cheval de bataille. Allant d’innovations en décisions controversées, Retamal a mené sa petite révolution et tracé la voie de l’avenir pour le vignoble chilien. Ce n’est pas un hasard s’il est reconnu, à juste titre, comme l’un des œnologues les plus brillants du pays.

Ce cabernet sauvignon provenant des rives de la rivière Maipo a un goût d’une autre époque. Comme s’il nous entraînait dans un voyage vers le début des années 1990, lorsque les cabernets chiliens étaient comparés, avec raison, aux bons vins du Médoc. Le 2013 est très marqué par l’empreinte du cabernet-sauvignon, avec son fruit noir et ses accents de mine de crayon, avec une amertume noble qui soutient les saveurs.

Dans l’ensemble, une allure fraîche et vibrante de jeunesse. On peut déjà l’apprécier avec une bavette de bœuf bien saignante — les tanins du cabernet vont main dans la main avec la viande rouge —, mais il risque de gagner encore en complexité d’ici 2020. À moins de 20 $, on croit rêver.

Les commentaires sont fermés.

Bonjour, J’aime beaucoup suivre vos suggestions que j’essaie régulièrement. J’aime aussi vos commentaires. Mais utiliser le De Martino à 13.5% comme exemple de la baisse du taux d’alcool dans les vins chiliens me laisse perplexe.

Les plus populaires