Le vin de la semaine : un cahors bio, bon en…

Son nom fait sourire, mais cette cuvée de Fabien Jouves est à prendre au sérieux. Un délicieux cahors taillé pour le printemps.

freepix / montage / L’actualité

Fabien Jouves, Cahors 2019, Cochon de Dieu, France

14426117   21,50 $

Croyez-le ou non, « cochon de Dieu » est l’expression préférée du père de Fabien Jouves, vigneron installé sur les coteaux de Trespoux, le secteur le plus élevé de l’appellation Cahors, dans le Sud-Ouest. Au début de l’année, je vous avais recommandé un autre de ses vins en le décrivant comme un cahors « nouveau genre ». Eh bien, avec celui-ci, on s’éloigne encore plus du style classique.

Ce produit est issu de l’agriculture biologique et biodynamique. La cuvaison est courte, les fermentations sont réalisées dans des cuves de béton et le tout est mis en bouteille sans collage ni filtration, avec une teneur en SO2 totale de moins de 20 mg par litre — ce qui est, pour ainsi dire, rien.

Un malbec nature dont le nez déborde de parfums de fruits rouges et noirs, sur un fond de fleurs et de poivre frais moulu. L’attaque est souple et nerveuse ; il y a de la mâche et une matière juste assez gourmande en milieu de bouche, avec des tanins granuleux qui vous chatouillent le creux des joues et qui vous laissent sur une finale vaporeuse aux accents de violette. Que du plaisir !

Si vous avez prévu commander un repas de cabane à sucre via Ma cabane à la maison en fin de semaine, vous vous régalerez !