Le vin de la semaine: un chenin blanc du bout du monde

Parfait pour l’apéro ou les sushis, ce vin blanc sec en vente dans l’ensemble du réseau offre une expression franche et sincère de ce grand cépage de la Loire.

Tout le long du mois de janvier, Nadia Fournier vous proposera ses coups de cœur à moins de 15 $. Gardez l’œil ouvert, il y a des aubaines à saisir!

petit_G
Ken Forrester, Chenin blanc 2016, Petit, Stellenbosch — 10702997 — 14,45 $

Implanté dès le XVIIesiècle par les huguenots qui trouvèrent refuge en Afrique du Sud, le chenin blanc représentait environ le tiers de l’encépagement national avant la fin de l’apartheid. Le steen — son nom sud-africain — a depuis perdu du terrain au profit de cépages rouges, comme le cabernet sauvignon et la syrah, mais il représente toujours 18 % du vignoble du Cap. Au nombre des «survivants», plusieurs ceps centenaires dont on tire des vins blancs somptueux.

Qu’ils soient secs, demi-secs ou liquoreux, ceux de Ken Forrester sont toujours impeccables. Pas étonnant qu’il soit reconnu par ses pairs comme le parrain du chenin en Afrique du Sud. Année après année, son Petit chenin offre une expression vive, franche et nette de ce cépage originaire de la vallée de la Loire.

Et le 2016 (déjà!) n’y fait pas exception. Difficile de trouver sur le marché un vin plus frais et vibrant de jeunesse. Sec, vigoureux, il est ponctué de saveurs de pomme verte et de citron, avec de fines notes florales qui ajoutent à son originalité. Parfait pour l’apéro, les sushis et les sautés de légumes.