Le vin de la semaine : un gamay du Niagara

Le gamay pourrait bien être l’un des cépages clés du vignoble canadien. Goûtez celui de Malivoire, vous comprendrez vite pourquoi.

Montage L'actualité

Malivoire, Gamay 2019, Farmstead, Niagara Peninsula
11140498   19,95 $

En temps « normal », c’est-à-dire hors pandémie, je partage ma dernière semaine du mois de juin avec une dizaine de collègues et amis, à l’occasion des National Wine Awards of Canada (NWAC). Pour chacun de nous, venus d’un océan à l’autre, cette compétition annuelle — la plus importante consacrée aux vins canadiens — est une occasion unique de prendre le pouls de notre vignoble par le truchement de plus de 1 500 échantillons, répartis sur cinq journées de dégustation assez bien chargées, merci ! 

Chaque édition des NWAC a ses vainqueurs et ses laissés-pour-compte. Depuis un moment, on voit la catégorie des vins de glace s’essouffler, tandis que celle des vins effervescents a le vent dans les voiles. Certains cépages suscitent aussi plus d’enthousiasme que d’autres. Et l’un des grands favoris des dernières années est le gamay, cépage emblématique de la région française du Beaujolais.

Plus résistant au froid hivernal que le chardonnay et le pinot noir, deux autres variétés originaires de la grande région de Bourgogne, le gamay continue de gagner du terrain : il couvre aujourd’hui quelque 225 hectares entre la péninsule du Niagara et le comté du Prince-Édouard, ce qui en fait la plus forte concentration de gamay à l’extérieur de l’Europe.

L’un des premiers domaines à avoir misé ouvertement sur ce cépage est Malivoire, et son œnologue, Shiraz Mottiar, est une référence incontournable en la matière. Parfois trop boisés par le passé, ses vins traduisent désormais les subtilités du gamay du Niagara avec beaucoup plus de nuances et de clarté. Sa cuvée d’entrée de gamme, vendue à prix d’aubaine à la SAQ, en est un superbe exemple, tant par son nez expressif aux accents de poivre et de cerise noire que par sa texture gouleyante et sa vitalité en bouche. Le rouge de soif par excellence, à savourer frais — 30 minutes au frigo — avec du poulet grillé et une grosse salade de légumes.