Le vin de la semaine : un montepulciano de soif (et bio)

Ce vin pur, vibrant de jeunesse et de vitalité, est un ovni au rayon des Montepulciano d’Abruzzo. Une expression intègre d’un cépage somme toute méconnu.

Lignes : sumkinn / Getty Images ; montage : L’actualité

De Fermo, Concrete 2019, Italie

Code SAQ: 14936580 |  26,75 $ | Biodynamie

Stefano Papetti Ceroni est originaire de Bologne et avocat de formation. Sa femme, Eloisa de Fermo, a grandi dans les Abruzzes, où sa famille possédait une vaste propriété dont la gestion a été assurée par des fermiers locaux pendant une soixantaine d’années, après la Seconde Guerre mondiale.

Papetti Ceroni est tombé amoureux du lieu et de cette terre impeccablement tenue, riche de vieilles vignes de montepulciano encore conduites en alberello. Les vins sont élaborés avec un minimum d’interventions, dans des cuves de béton ; le seul apport en S02 se fait au moment du soutirage, l’étape où le vin est transvasé d’un contenant à un autre pour le séparer de ses lies.

Ce vin est un ovni au rayon des Montepulciano d’Abruzzo. Vibrant et presque électrisant par sa charge aromatique et par l’énergie qu’il déploie en bouche, il respire la pureté et offre une expression intègre d’un cépage somme toute méconnu. Sa texture suave et rassasiante, doublée d’une acidité fraîche, fera un très bel accord avec une pizza margherita parsemée de roquette ou de fines herbes du jardin.

Mis en bouteille sans collage ni filtration, ce rouge présente un léger reste de gaz à l’ouverture. Rien de grave, mais si cela vous gêne, aérez-le en carafe une trentaine de minutes. À servir frais, autour de 15 °C.

Santé ! Salute !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.