Le vin de la semaine: un pinot blanc biodynamique

Ce vin, loin d’être le plus exubérant des blancs, chuchote plutôt que de crier. Et c’est ce qui le rend si charmant.

La vie est trop courte pour fréquenter l’ennui, surtout dans son verre. Chaque semaine, Nadia Fournier vous fait découvrir les vins qui l’emballent.

vin_blanc_josmeyer_grand
Josmeyer Pinot Blanc Mise du printemps 2015 — 12604063 — 22,90 $

Tout comme une chanson qui nous semble familière dès la première écoute, ou comme un étranger qu’on a l’impression de connaître déjà, certains vins s’imposent à nous et se faufilent dans notre quotidien, exerçant un charme instantané qui nous donne envie d’y revenir, encore et encore.

Depuis l’arrivée de cet excellent pinot blanc à la SAQ, il y a un peu plus d’un an, j’ai bien dû en acheter deux caisses et je ne m’en lasse toujours pas. Je vois dans chaque bouteille ouverte une occasion de le découvrir sous un jour nouveau, au gré des plats et des conversations qu’il accompagne.

Ce n’est pas tant qu’il soit plus intense ou plus exubérant que tant d’autres vins blancs. Au contraire: il chuchote plutôt que de crier. Mais il a, comment dire, un petit supplément d’âme. Ce je-ne-sais-quoi qui distingue les meilleurs vins des bons. Est-ce l’effet de la biodynamie pratiquée dans le vignoble? Peut-être, qui sait?

Le 2015 porte la marque d’un été chaud: plus ample et vineux que le 2014, sans être dépourvu de fraîcheur, il est toujours aussi séduisant, avec ses saveurs délicates de fruits blancs, ponctuées d’une amertume fine et de notes qui s’apparentent au minéral. À boire avec grand plaisir à l’apéritif ou à table avec du poisson, préférablement cru, en carpaccio ou en sashimi.

À la vôtre!