Le vin de la semaine : un rioja nouveau genre

Un bel exemple de vin de soif, avec un léger coup de soleil.

Montage L'actualité

Olivier Rivière, Rioja 2019, Rayos Uva
13076071   22,05 $

La région de la Rioja est très vaste — 65 000 hectares — et son climat varie beaucoup selon les secteurs. Il n’est ainsi pas rare que les vendanges débutent un mois plus tôt autour d’Alfaro, dans l’Est, qu’à Haro, dans le Nord-Ouest. Malgré cela, l’ensemble de la production régionale n’est toujours vendu que sous une seule appellation : DOCa Rioja. 

Le Consejo Regulador local permet depuis peu aux vignerons d’inscrire le nom d’un village et d’un vignoble sur l’étiquette. C’est un premier pas dans la bonne direction, mais on est encore bien loin d’une véritable politique de mise en valeur des terroirs de la Rioja. 

Le Français Olivier Rivière est établi depuis 2004 dans la Rioja Alta, où il signe des vins d’une grande pureté, qui reflètent leurs terroirs d’origine. Son Rayos Uva, par exemple, est composé de tempranillo, de garnacha et de graciano, cultivés dans la Rioja Oriental. Cette zone située tout à l’est, choyée par les largesses d’un climat méditerranéen, est la plus aride et la plus chaude des trois sous-régions de la Rioja. 

Le Rayos Uva n’en est ni lourd ni capiteux pour autant. C’est plutôt un bel exemple de vin de soif, avec un léger coup de soleil. Le nez se fait assez discret à l’ouverture, mais après une dizaine de minutes d’aération, ce rouge embaume la cerise noire, le cacao et les herbes séchées. La bouche est souple et ronde en attaque, puis se resserre quelque peu en finale, laissant une sensation fraîche et désaltérante, malgré ses 14 % d’alcool. Servez-le à l’apéro avec des charcuteries ou pour accompagner des aubergines parmigiana. Un délice !