Le vin de la semaine : un rosé biodynamique

Tout au nord des Coteaux d’Aix, le terroir sur lequel veille Peter Fischer semble taillé sur mesure pour produire un rosé frais, élégant et riche en nuances.

Crédit : L'actualité

Château Revelette, Coteaux d’Aix-en-Provence 2019

13212002   20,85 $

Diplôme d’ingénieur agronome en poche, Peter Fischer a quitté son Allemagne natale au début des années 1980 pour aller explorer les vignobles de la Provence. Il a vite été embauché comme consultant pour plusieurs domaines viticoles de la région, dont le Château Revelette.

Là-bas, sur la commune de Jouques, aux limites nord des Coteaux d’Aix-en-Provence, il a découvert avec une certaine fascination des sols d’argiles à feuillets – comme on en trouve sur les meilleurs terroirs de la Bourgogne – parfaitement adaptés à la culture de cépages rouges, mais aussi un climat relativement frais, qui convient davantage aux vins blancs et rosés.

Lorsque la propriété a été mise en vente en 1985, il s’est empressé de l’acquérir et il y signe depuis des vins élégants et forts en caractère, comme cet excellent rosé disponible depuis quelques années à la SAQ.

Le 2019 traduit toute la fraîcheur du terroir de Revelette, mais aussi sa richesse. Preuve que, produits sur des sols et sous un climat adaptés, les vins rosés peuvent être des trésors de nuances et de profondeur. Un régal estival qui accompagnera aussi bien un poisson grillé qu’un festin de légumes du jardin, façon aïoli.

Santé!

Laisser un commentaire

Je trouve dommage qu’en cette époque les vins recommandés ne soient pas plus souvent des vns québécois, dont certains sont excellents. Par exemple le rosé du Calvaire et le Pinot Noir de La Cantina, vallée d’Oka (vendu au vignoble de la rivière du chêne) et bien d’autres valent aussi bien sinon mieux que les vins français et autres vins étrangers. Vous souhaitez que l’Actualité vive bien au Québec, parlez aussi des produits québécois qui méritent d’être connus et de se développer.

Répondre
Les plus populaires