Le vin de la semaine: un rosé qui transcende son cépage

Si vous doutez encore que les rosés peuvent être de vrais vins de terroir, il vous faut goûter ce sancerre tout en nuances et en profondeur. 

La vie est trop courte pour fréquenter l’ennui, surtout dans son verre. Chaque semaine, Nadia Fournier vous fait découvrir les vins qui l’emballent.

vin_blanc_rose_grand
Alphonse Mellot, La Moussière, Sancerre 2014 12690694   25,60 $

On dit des meilleurs terroirs qu’ils transcendent le cépage. C’est-à-dire que l’empreinte du lieu d’origine marque le vin à un point tel que, peu importe la variété de raisin qui entre dans sa composition, il aura à peu de choses près les mêmes caractéristiques.

C’est précisément le cas de ce rosé élaboré par un illustre vigneron de Sancerre. Si on me l’avait servi à l’aveugle — et dans un verre opaque — j’aurais possiblement deviné qu’il s’agissait d’un Sancerre… blanc, donc issu de sauvignon blanc. Or, ce vin est composé à 100 % de pinot noir, le cépage de la Bourgogne et des vins rouges de l’appellation sancerre.

Si vous doutez encore que les rosés peuvent être de vrais vins de terroir, il vous faut goûter celui d’Alphonse Mellot. Tout le contraire d’une boisson facile et édulcorée, La Moussière 2014 se dessine tout en nuances, en précision et en profondeur. Le vin a beaucoup de caractère et de tenue, et il laisse en finale des notes d’ananas, de fleurs blanches et de cire d’abeille qui persistent en bouche. Pas donné «pour un rosé», mais d’une qualité irréprochable.

N’attendez pas que le mercure grimpe avant d’aller vous en procurer une bouteille. Les secrets, en matière de bons vins, sont rarement bien gardés, et les inventaires risquent de fondre comme neige au soleil…