Le vin de la semaine: un sauvignon extraordinaire!

Biodynamie, petits rendements et vinification «à l’ancienne», le travail de Mandy et Sam Weaver illustre à merveille le visage moins connu de Marlborough. Celui des vins d’auteurs.

Notre chroniqueuse, qui revient d’une visite des vignobles de la Nouvelle-Zélande, vous propose ses découvertes du bout du monde pendant tout le mois de février.

vin_blanc_churton_grand
Churton, Sauvignon blanc 2016, Marlborough — 10750091 — 24,40 $

On aura beau dire, les livres et l’apprentissage théorique, c’est bien, mais il n’y a rien de tel que de se rendre sur le terrain pour vraiment comprendre un vin. Chaque année depuis 2007, je goûte le sauvignon blanc de Churton au milieu des autres sauvignons de Marlborough. Chaque année, il sort du lot. Parfois, le décalage est à ce point flagrant que j’ai du mal à croire qu’il puisse venir de la même région, du même terroir. En visitant le vignoble de Sam et Mandy Weaver, il y a quelques semaines, j’ai tout de suite compris…

Lorsqu’on aborde la question du terroir, on parle des sols, du climat et de l’ensoleillement, entre autres, mais on ignore trop souvent de mentionner le vecteur le plus important à mon sens: l’humain. Sans le savoir-faire, les efforts et la rigueur du vigneron, il n’y a pas de vin. Et ultimement, ce sont souvent ses décisions qui font la différence entre médiocrité et qualité.

Sam et Mandy Weaver, plutôt que de planter leurs vignes sur les terres fertiles et facilement mécanisables du plancher de la vallée, ont choisi les coteaux élevés de la vallée de Waihopai. Leur vignoble est exploité en agriculture biologique et biodynamique, sans désherbants ni pesticides, les rendements sont faibles (environ 40 % de moins que la moyenne régionale) et les vendanges se font à la main, et non à la machine.

vin_blanc_churton_photo
Sam Weaver, propriétaire du vignoble Churton.

Leur sauvignon blanc se situe à des lieues des blancs vifs hyper-aromatiques et de cette image commerciale qui colle à Marlborough, région encore largement dominée par une viticulture à grande échelle. Je serais même très tentée de dire que le 2016 ressemble à un sancerre, mais ce serait une erreur. C’est plutôt une expression unique et infiniment pure et sincère du terroir de Marlborough. Sans maquillage ni artifice.

Bien plus qu’une explosion de parfums d’agrumes et de fruits tropicaux, on a ici un vin de texture et de structure. Le fruit est concentré, compact, soutenu par une acidité fine et les saveurs persistent en bouche, tirées en finale par une amertume qui donne soif et qui ne nous laisse qu’un seul regret… que la bouteille ne soit pas un magnum.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Avant de goûter ce vin, qui semble être délicieux, j’avoue être scandalisé par l’usurpation et la déformation du nom de Lurton, négociant de vins de hautes qualités gustatives.
🙁 🙁 🙁

Le nom du domaine n’est pas Lurton, mais bien CHurton. Sam Weaber, le vigneron, est né à Churton, petit village du Shropshire, en Angleterre.