Les monstrueux embouteillages de Pékin

Vous hésitez à partir pour le week-end de l’Action de Grâce, de peur d’être pris dans un bouchon à votre retour? Jetez un coup d’oeil à cette vidéo!

Art_de_vivreLes images de cette vidéo ont été captées il y a deux jours, en banlieue de Pékin, devant un poste de contrôle récemment inauguré et qui a créé un goulot d’étranglement faisant passer 50 voies d’autoroute à 20, 10 puis environ 5 voies.

Selon le Daily Mail, le bouchon s’est produit sur la route G4 reliant Hong-Kong à Pékin, quand des dizaines de milliers de Pékinois sont rentrés du long congé de la Fête nationale – la «Semaine dorée», qui s’étendait du 1er au 7 octobre. Pas moins de 750 millions de Chinois de partout au pays ont voyagé durant cette période, l’une des rares où ils peuvent se le permettre au cours de l’année.

Gageons que plusieurs des automobilistes ont dû espérer voir ces sages paroles de Confucius se concrétiser: «Peu importe la vitesse à laquelle vous allez, tant que vous ne vous arrêtez pas»…

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Bon alors on comprend pourquoi ils auront tant besoin de pétrole au cours des prochaines années, avec Confucius qui leur dit de ne pas arrêter …(le moteur).

Pour les chinois de la nouvelle Chine, entre communisme défunt et capitalisme sauvage naissant, le symbole de la puissance est de posséder une voiture, et ce, peu importe les conséquences. Lorsque j’étais en Pologne en 1991, les polonais disaient sans cesse qu’ils désiraient plus que tout au monde une bagnole. Pour eux, cela représentait le signe de richesse le plus évident pour se rapprocher le plus rapidement possible de l’image idyllique des États-Unis. Après l’avoir combattu pendant une cinquantaine d’années, leur avenir et leur rêve tenaient dans un paquet de tôle alors qu’ils devaient fair la file pour avoir quelques litres d’essence. Et il n’y avait pas d’essence ou d’autres carburants partout dans le pays. Après en avoir fait le tour complet ou presque, nous avons souvent eu la crainte de ne plus pouvoir avancer… parce que les stations-services adéquates ou équipées adéquatement étaient souvent distantes de plusieurs dizaines de kilomètres. La nature humaine est parfois très étrange!!!

Bravo pour ceux qui ont décidé de mettre ce beau goulot d’étranglement. Ça rapelle les décisions « brillantes » de l’époque de la famine de mao.