Les scanneurs corporels des aéroports, totalement inefficaces?

Un blogueur états-unien a décelé une faille, et pas qu’une petite, dans l’efficacité des scanneurs corporels installés à grands frais (plus d’un milliard $) dans les aéroports des États-Unis.

Source: TSA/Wikimedia


Pour démontrer qu’il était possible de transporter sur soi un objet indétectable, l’ingénieur Jonathan Corbett a simplement cousu une poche latérale à l’intérieur de sa chemise et il y a glissé une petite boîte métallique. À deux reprises, il a réussi à déjouer la vigilance des agents – ou plutôt de la quincaillerie informatique – aux points de contrôle.

Comment s’y est-il pris? S’il avait porté la boîte métallique sur sa poitrine, elle se serait découpée en noir sur le fond blanc de son corps, sur l’image générée par le scanneur. Mais comme il la portait sur ses flancs, dans une chemise ample, la forme sombre de la boîte s’est confondue avec l’arrière-plan de l’image, tout aussi sombre, comme on peut le voir (ou plutôt ne pas le voir) dans la vidéo (autour de 1:00 ) tournée par Jonathan Corbett, et diffusée sur son blogue, TSA Out of Our Pants.

Celui-ci souligne que cette petite boîte était assez grande pour contenir plusieurs lames de rasoir ou assez d’explosif pour engendrer une tragédie aérienne – 312 g de Semtex ont suffi pour le tristement célèbre attentat de Lockerbie.

Au Canada, 60 semblables scanneurs corporels sont installés dans nos aéroports. Mais contrairement aux États-Unis, où on les utilise systématiquement ou lorsque les passagers refusent d’être fouillés par palpation, nos scanneurs sont mis à contribution en cas de doute ou sur une base aléatoire. Mais ils nous ont tout de même coûté 250 000 $ pièce.

Cela dit, quelque chose m’échappe dans la démonstration de Jonathan Corbett. Les rares fois où j’ai été soumis au contrôle de ces scanneurs corporels, on captait deux images: l’une de face, l’autre de côté, bras levés, après une rotation de 90 degrés de mon corps. Or, dans pareilles circonstances, le scanneur aurait dû détecter un objet que j’aurais porté sur mes flancs. Y a-t-il un ingénieur dans la salle pour éclairer ma lanterne?

Plus de détails en lisant cette analyse de Rapports minoritaires.

Trouvé via Matador Network

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Les scanneurs corporels font apparaître sur l’écran (en noir) les endroits où les rayonnements émis (ou réfléchis par le corps sont arrêtés par un objet.

Mais si l’objet en question n’est pas tout près du corps, les rayonnements vont passer sur les côtés et le scanneur ne fera pas la différence.

Or, lorsque vous levez les bras, vous écartez vos vêtements sur les côtés de votre corps. Donc tout objet placé dans une poche latérale va s’éloigner de votre corps et ne bloquera plus les rayonnements qui en proviennent.

C’est pour cette raison que Jonathan Corbett a été capable de réaliser ce petit exploit à la fois sur les scanneurs qui prennent des vues face-dos et sur ceux qui prennent des vues du corps à 360°.

Oui mais normalement, le scanneur n’est-il pas supposé « bombarder » le corps de façon perpendiculaire? De la sorte, quand on fait une rotation du corps à 90 degrés, et qu’on présente son flanc perpendiculairement au scanneur, il devrait logiquement déceler un objet dissimulé sur le flanc -le flanc devenant le « fond blanc » sur lequel il devrait se découper, non?

En tout cas, merci beaucoup monsieur Corbett pour avoir montré et expliqué comment transporter une arme blanche, une arme à feu ou même une bombe. je pense que ça sera une aide grandement appréciée par les futur terroristes.

@Marcus: Vous ratez complètement le propos. M. Corbett fait ici la démonstration que les scanneurs ne règlent en rien le problème.

Comme les pirates informatiques, les terroristes auront toujours une longueur d’avance sur les autorités légales et policières.

La vraie solution est beaucoup plus complexe et relève davantage de l’équité et de la diplomatie internationale…

Mais il y a des détecteurs de métal également. Non? Sont-ils toujours employés?

@Benoit St-Germain : Oui les détecteurs de métaux sont toujours utilisés. Et cela n’est pas près de changer.

@gary : Pour ce qui est du « bombardement » du corps, qu’il soit fait de face/dos seulement ou sur 360° ne change rien à l’affaire : si l’objet à détecter n’est plus au contact du corps, les radiations renvoyées par le corps ne seront pas arrêtées par cet objet. Et il ne sera donc pas détecté.

@Marcus : Pour ce qui est d’aider les terroristes en faisant une telle vidéo, ne vous en faîtes pas : ils ne sont pas stupides, ils sont déjà au courant depuis belle lurette (je connais moi-même cette faille depuis deux ans, rien que par une veille des sources ouvertes). Une vidéo comme celle de Jonathan Corbett est une tentative essentielle de réveiller des pouvoirs publics somnolents.